AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Epoux clandestins [Adrian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Epoux clandestins [Adrian]   Dim 21 Sep - 21:06

Adrian en revenant vivre à Degrassi avait élu domicile temporairement à l'hôtel Hilton, sûrement dans l'attente de revenir vivre aux côtés de son épouse. Depuis que Beth avait revu Adrian, tout avait changé dans sa vie. Si elle s'était d'abord montrée froide et intraitable envers lui, elle avait finit par succomber à son charme et à ses promesses. La promesse de l'aimer pour toujours et de reconstruire leur famille. Beth y avait cru et s'était dit que de toute façon, rien ne pouvait être pire qu'un mariage avec son oncle. Et si à l'heure actuelle, elle n'avait pas encore trouvé comment se débarrasser de ce mariage, elle avait tout simplement accepté de vivre une double vie, en voyant en cachette ... son mari actuel.
Ce jour là, elle avait quitté le travail de bonne heure, informant sa secrétaire qu'elle avait un client à voir en dehors du cabinet. Elle avait prévenu Beverly qu'elle ne rentrerait pas avant la nuit, et qu'elle devait rester au manoir jusqu'à son retour. Elle aurait souhaité amener Prudence avec elle à son rendez-vous, mais elle avait jugé cela trop risqué. Elle ne pouvait pas prétendre aller à un rendez-vous professionnel accompagné de sa fille, aussi mignonne soit-elle. Et puis, elle voulait profiter d'Adrian entièrement et égoïstement. Elle voulait retrouver son odeur, sa chaleur. Elle voulait que leurs corps ne fassent qu'un.
A l'heure prévue, Beth Preston poussa la porte du hall de l'hôtel Hilton et s'engouffra dans un des ascenseurs. Au XIème étage, elle sortit et chercha la chambre 112. Elle prit le pass qu'Adrian lui avait fait parvenir et se glissa à l'intérieur de la suite.
Adrian était là, debout dos à elle, regardant la ville depuis l'immense baie vitrée. Beth referma la porte à clé derrière elle et s'avança près de son mari. Elle l'enlaça, passant ses bras autour de son torse. Quand ce dernier se retourna, elle l'embrassa fougueusement, et les deux amants se retrouvèrent comme au premier jour. La tension était palpable.
Beth s'endormie après l'acte. Elle se réveilla, quelques minutes plus tard, et se sentit bien dans les bras d'Adrian. Les mains de son mari couvraient son corps de caresses. Elle se blottit encore plus contre lui et après lui avoir donné un baiser, elle prit la parole.


- Tu as pu parler aux enfants ?


Son regard et sa voix étaient suppliants. Beth espérait qu'Adrian avait de bonnes nouvelles à lui annoncer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Dim 21 Sep - 21:45

Pour vivre heureux, vivons cachés. Adrian avait beau se répéter cette phrase, il ne parvenait pas à en apprécier le moindre mot. Il ne voulait pas se cacher pour savourer pleinement un bonheur à venir, un de ceux que l'on bâtissait avec envie et passion. Tout ce qu'il souhaitait, c'était de clamer haut et fort que Beth était à nouveau sienne, qu'Edgar Shawell ne méritait qu'une castration immédiate pour avoir eu des pensées aussi impures à l'égard de sa nièce. Au lieu de ça, le basketteur prenait son mal en patience, comme un lycéen frustré qui devait se cacher des parents de sa douce. Dans ce cas précis, il avait 20 ans de plus, ne cherchait pas à éviter le couple Spencer, mais bien l'horrible Pape Shawell. Mais bien incapable de rester dans l'ombre à attendre sagement que le vieux croulant décède d'un infarctus par crise de jalousie non maîtrisée, Adrian avait fait parvenir à Beth un pass pour une chambre au Hilton, en plein Toronto. Un simple mot : « Sois mienne... 15h. 112. » avait accompagné la clé, suffisant amplement pour qu'elle comprenne tout ce que cela sous entendait. Lui donner rendez-vous chez lui aurait été trop risqué, tandis que se rendre au manoir était impensable. Mais l'envie de la posséder à nouveau était si forte qu'il avait dû trouver une solution pour qu'elle s'échappe quelques heures, qu'elle le retrouve aussi belle qu'à son habitude et qu'ils aient enfin droit à de véritables retrouvailles, torrides à souhait. Il l'avait attendu dans cette chambre, presque agacé par la trotteuse de sa montre dans ce silence total. Il avait regardé Toronto vivre à cent à l'heure, alors que le temps jouait avec ses nerfs en s'écoulant bien trop lentement à son goût.

Pourtant, quand il entendit la porte s'ouvrir, il ne pu s'empêcher de sourire face à la vitre. Il l'avait laissé entrer, sans qu'elle ne dise le moindre mot... Doucement, elle était venu l'enlacer, plaquant ses mains sur son torse. Il avait senti son petit corps se presser contre le sien, l'invitant alors à se retourner pour admirer son si joli visage. Presque violemment, ils s'étaient embrassés. Libérant alors l'animal qui avait sommeillé en lui pendant tout ce temps, Adrian s'était jeté sur ses lèvres, sur son cou, jusqu'à se glisser jusqu'à la naissance de sa poitrine. Il lui avait ôté tout ses vêtements avec fougue, prenant soin de rien déchiré tout de même pour préserver son alibi... Et ce fut passionnément qu'il lui fit l'amour, redécouvrant ce corps sublime qui lui avait tant manqué, qui avait animé ses derniers fantasmes... La sentir se tendre sous lui, autour de lui, fut aussi bon que la douceur qu'elle lui offrait après plusieurs orgasmes.

« Ton corps... Toi, toute entière, tu m'as manqué. » -souffla-t-il à son oreille, un léger sourire sur les lèvres. Blottie contre lui, alors qu'il la couvrait de caresses et profitait de ses courbes, Beth n'avait peut-être jamais été aussi sexy qu'à cet instant précis. Ou était-ce l'euphorie dû à cette extraordinaire partie de jambes en l'air, à l'endorphine qui s'était répandu dans son corps pendant ces délicieux efforts... ? Peu importe ! Il la tenait contre lui et c'était tout ce qui comptait. Beth lui demanda alors s'il avait pu parler aux enfants. Le regard d'Adrian se fit malgré lui un peu plus dur. Il avait reprit ses airs sérieux. « Je n'ai pas revu Cruz encore... » Autant être honnête avec elle, quoique... Avait-il vraiment envie de revoir son fils aîné, ailleurs que dans une chambre capitonnée, l'adolescent portant une camisole ? Pas sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Lun 22 Sep - 8:39

Beth n'avait rien ressenti d'aussi intense depuis sa dernière nuit d'amour passionnée avec Cruz. Mais elle essaya de chasser ce souvenir de ses pensées. Elle devait reprendre sa vie en main, et Adrian était son mari. Personne d'autre. D'ailleurs, elle revint vite à la réalité quand Adrian lui-même prononça le prénom de leur fils aîné. Cela fait trembler Beth. Elle avait si peur du scandale. Comment Adrian réagirait si tout était révélé au grand jour ? Edgar avait peut-être raison, il était le seul à pouvoir la protéger de n'importe quel secret honteux. Encore une fois, elle se mettait à douter et se détestait. Elle devait se ressaisir.
Adrian la faisait craquer, et elle se sentait si bien, entièrement nue, son corps collé contre le sien, encore tout transpirant de sueur après leurs ébats intenses. Elle aurait aimé que le temps s'arrête, qu'ils restent comme ça à tout jamais, à profiter l'un de l'autre, des plaisirs de la chair, sans se préoccuper du reste. Mais pourtant, le "reste" en question posait de sacrés problèmes.
Beth repensa à Cruz, elle essaya de chasser à nouveau de ses pensées le souvenir de ses lèvres, et se concentra sur ce qui l'attendait. Quand elle avait demandé à Adrian de réunir la famille, elle n'avait pas réalisé que Cruz pourrait tout dire à Adrian, un peu comme deux hommes rivaux, amants de la même femme, qui se battent pour elle et n'hésitent pas à fanfaronner ... Beth devait agir vite et bien. Si elle perdait à nouveau Adrian, elle perdait tout. Elle se redressa légèrement mais garda sa tête collée contre son torse. Elle sentait les battements de son cœur. Cela l'apaisait. Elle embrassa alors Adrian dans le coup et prit la parole de nouveau, mal à l'aise.


- A ce propos ... je ... je dois te parler de quelque chose.

Beth avait vite pesé le pour et le contre de tout révéler elle-même à Adrian, plus de secret, rien que la vérité. Mais elle avait vite déduit que ce n'était pas la solution et que chaque couple se doit d'avoir son jardin secret. C'était essentiel. Elle avait mis rapidement en place une version assez crédible, susceptible de lui assurer ses arrières le moment venu.

- Cruz a été très perturbé par ton départ ... Il ... il t'en veut énormément, ainsi qu'à Ugo. Tu connais les querelles entre frères ... Ton retour ici risque de le chambouler à nouveau, alors s'il te plait, vas y en douceur et ... et n'écoute pas trop ce qu'il te raconte, sa lubie du moment, Chloé, lui a mis n'importe quoi dans la tête. Ce n'est plus le fils que tu as connu.

Et Beth pria alors intérieurement pour que Cruz comprenne où était l'intérêt de leur famille et revienne vivre avec eux.
Elle tenta un sourire mais il n'était pas sincère. Elle était trop angoissée pour ça. Elle enfouie sa tête dans le creux de l'épaule de son mari et ferma les yeux pour tenter de trouver un peu d'apaisement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Mar 23 Sep - 10:02

Égoïstement, Adrian aurait préféré oublier le reste du monde, ne pas parler de leurs soucis ou des enfants. Il aurait voulu se consacrer entièrement à sa femme, adorant chacune de ses courbes durant de longues heures câlines à souhait. Mais Beth avait lancé le sujet, impatiente qu'elle était. Adrian aurait pu le prévoir, elle qui avait un énorme soucis, incapable de déléguer quoique ce soi et surtout pas sa confiance. Il fallait qu'elle s'assure de la bonne avancée de ses plans, qu'il avait bien fait ce qu'elle lui avait demandé. Seulement, elle ne lui laissait que très peu de temps pour manœuvrer... Certes, au plus profond de lui Adrian avait à ce jour qu'une envie : ne jamais avoir eu de fils prénommé Cruz. Il aurait eu nettement moins de problèmes à gérer. La gardant tout contre lui, Adrian soupira doucement. Il la berçait de sa simple respiration, alors qu'elle reprenait en souhaitant lui parler de quelque chose, qui semblait être un sujet sérieux.

Avec Beth, on pouvait s'attendre à tout. Cette femme avait une vie trépidante, un esprit vif, des ambitions à ne plus savoir qu'en faire. Pourtant, alors qu'ils se retrouvaient aimants et passionnés, elle revenait aux bases de leur histoire, à leur famille. Elle s'en inquiétait, cherchait à retrouver un équilibre. Elle était loin de se douter qu'Adrian avait eu vent de la tempête qui s'était abattue sur leur foyer en son absence. Elle devait être à dix mille lieux d'imaginer que son mari était prêt à renier leur fils aîné pour chasser la peste et le choléra (en même temps) de leurs vies. La voir lui trouver des excuses aurait été touchant, si Adrian n'avait conscience de l'étendue de la folie de son fils. Beth avait toujours été ainsi, mère poule bien trop protectrice. Elle avait surprotégé leur progéniture... L'un d'eux avait peut-être pourri dans ce cocon.

Cependant, Adrian ne fit aucun commentaire. Il se contenta d'approuver d'un hochement de tête, faisant mine de comprendre en tant que père qu'il devait ménager leurs fils. Lorsqu'il avait appris ce qui s'était tramé sous son propre toit, il aurait sans doute couché ce merdeux d'une simple droite, spontanée et puissante. Est-ce que Cruz avait-il une seule fois répondu à l'image qu'il s'était fait de son premier fils, de celui qui aurait dû être une fierté, un bonheur, une bataille ? En tant que nourrisson innocent peut-être... Même pas sûr ! « J'essaierais de faire preuve de tact, d'y aller en douceur... Mais je ferais aussi en sorte de m'imposer, Beth. Mon propre fils ne me chassera pas. Il a dix sept ans, ce n'est plus un enfant à qui on peut passer le moindre caprice. » Doucement, il déposa un baiser sur le front de sa femme. Elle lui avait parlé de la dernière lubie de Cruz... Une dénommée Chloé. C'était une information à ne pas négliger, elle lui sera peut-être utile pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Mar 23 Sep - 14:26

Quand Beth entendit les paroles d'Adrian, elle ne put s'empêcher que si elle n'avait pas retenu Adrian quand il lui avait annoncé qu'il la quittait, c'était parce qu'à ce moment là, elle vivait une passion démesurée et impensable avec Cruz, et qu'elle n'avait plus les pieds sur terre. A ce moment là, plus rien ni personne ne comptait à part son amant secret. Une boule se forma au fond de la gorge de Beth quand elle l'entendit dire que Cruz ne le chasserait pas. Pas une deuxième fois, peut-être. Et encore, elle-même n'était sûre de rien. Il était si difficile pour elle de renoncer à cet amour, que même si elle se retrouvait à nouveau dans le même lit que son mari, même si elle avait retrouvé l'élan amoureux qui les avait unis il y avait de ça plus de 20 ans, elle ne pouvait s'empêcher de penser à Cruz et aux regrets qu'elle aurait peut-être toute sa vie. Elle savait que c'était la meilleure solution, que jamais une telle liaison ne pourrait être tolérée, ni maintenant, ni jamais, mais le choix qu'elle devait faire s'annonçait plus rude qu'elle le pensait.
Si Adrian réussissait à s'imposer, alors Beth verra là un signe du destin, et peut-être réussirait-elle à oublier définitivement cet épisode de sa vie. Bien sûr, Prudence resterait toujours la preuve évidente de tout ça, mais elle saurait protéger sa fille et faire en sorte qu'Adrian l'aime comme si de rien n'était. De toute façon, jamais Cruz ne réclamerait le moindre droit parental sur Prudence, il n'était pas mûr, et ne le serait jamais suffisamment pour assumer un enfant. C'était d'ailleurs en ça qu'il était différent de son jeune frère.
Beth regarda Adrian avec tendresse, mais aussi remplie de culpabilité. Si elle avait toujours été persuadée qu'Adrian était le responsable de tout ce fiasco, aujourd'hui, Beth réalisait pleinement qu'elle était l'investigatrice de tout ce massacre, et qu'elle ne devait s'en prendre qu'à elle-même. En général, quand Beth Preston avait ce genre de pensées, ça ne durait pas longtemps, elle finissait vite par se persuader à nouveau qu'elle était blanche comme la neige. Mais elle devait admettre qu'elle traversait une réelle crise. Sûrement la quarantaine qui approchait.
Sans prévenir, sans qu'il y ait eu le moindre signe avant coureur, Beth, qui se sentait pourtant parfaitement bien lovée contre le corps chaud de son mari, se leva d'un bond, tirant avec elle les draps pour s'en recouvrir le corps. Elle fonça jusqu'à la porte d'entrée et attrapa son sac à main qu'elle avait laissé tomber négligemment quelques heures plus tôt. Adrian se retrouvait nu et seul dans l'immense lit de la suite qu'il avait réservé. Beth fouilla avec conviction dans son sac, déterminée à y trouver ce qu'elle cherchait et dont elle avait un besoin vital. Comme possédée, elle afficha un sourire de névrosée quand sa main attrapa un petit flacon remplit de petits comprimés blancs. Elle s'empressa d'un avaler deux, sans eau, en jetant sa tête en arrière pour les avaler et ainsi faire voler sa magnifique chevelure. Ses mains commencèrent à trembler et elle sentait qu'elle perdait le contrôle de la situation, chose dont elle n'avait pas du tout l'habitude et qu'elle ne pouvait tolérée.
La voix tremblante, presqu'au bord des larmes, elle commença à s'activer dans tous les sens pour réunir ses affaires et dit :


- De toute façon, Cruz ne sera un problème que quand on aura trouvé comment faire pour échapper à Edgar ! Et ça, je crois pas qu'on puisse y arriver. Adrian, tu devrais signer les papiers ...

Désespérée, Beth ne savait plus quoi faire face à la puissance de son oncle, à ses menaces et à sa folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Mer 24 Sep - 20:23

Adrian aurait voulu resté dans ce lit encore de longue heure, jusqu'à s'approprier cette chambre certes luxueuse mais encore trop impersonnelle à son goût. Il voulait retrouver ce cocon familiale, cette intimité de couple. Il voulait la retrouver à ses côtés chaque matin, s'endormir tout contre elle chaque nuit... Il voulait simplement le quotidien d'un homme marié à une femme sublime, qu'il désirait comme un fou en tout temps. L'annonce de ce mariage lui avait fait prendre conscience de ce qu'il était sur le point de perdre, de ce qu'il avait fait taire par colère. Car c'était bien là l'émotion qui, dans le fond, l'avait étreint durant tout ce temps. Une colère contre cette femme trop directive -qu'il avait pourtant toujours aimé et chéri. Une colère contre sa propre personne pour ses écarts de conduite, bien qu'il y avait trouver une sorte de libération (sans aucune pensées malsaines. Ah bah si du coup, maintenant c'est chose faite ! ).

A cet instant précis, il n'avait pas envie de la relâcher. Sa main glissée sur sa taille, sous le drap, caressait doucement sa hanche. De l'autre, il maintenait un coussin tout contre sa tête, pour rester droit. Il sentait son petit corps chaud contre le sien,ses courbes venant le provoquer au moindre mouvement. Beth était sublime... Elle rayonnait d'une beauté indescriptible, scintillant de grâce, qui avait toujours fait craquer le basketteur. Alors qu'elle le fixait avec tendresse, il esquissa un large sourire et déposa un doux baiser sur le bout de son nez, réclamant par la suite ses lèvres gourmandes. Mais ce calme fut de courte durée. Très vite, la tornade Beth reprit du service. Elle s'était levée d'un bond, quittant le lit en emportant avec elle le drap. Adrian, ne broncha pas, restant allongé ainsi, nu et uniquement embêté par l'absence soudaine de sa femme.

Il fut étonné de la voir se jeter ainsi sur son sac. Que cherchait-elle ? Un petit jouet sexuel pour continuer la redécouverte mutuelle de leurs corps ? Un cadeau peut-être ? Si elle lui agitait un préservatif sous le nez, il aurait été capable de la prendre sur le champs, sans la moindre protection, en lui soufflant à l'oreille qu'il pouvait la posséder comme il le voulait, qu'elle n'avait rien à craindre de lui, surtout pas de son amour. Mais non, au lieu de ça, elle s'empara d'un flacon contenant ce qui semblait être des cachets. La couleur orangée aida Adrian à le deviner. « Qu'est-ce que tu prends ? » -demanda-t-il, un peu étonné. Elle était sous traitement ? Pour quoi ? Il fronça les sourcils et se redressa, à présent assis sur le lit. Elle devenait de plus en plus inquiétante, s'agitant pour récupérer ses affaires. « Beth... Calme-toi... » Elle ne l'écoutait pas, qualifiant le problème « Cruz » comme insignifiant face au dossier « Edgar ». Certes, ils ne figuraient pas dans la même catégorie. Cependant, voir Beth paniquer à ce point mis Adrian mal à l'aise. Il se releva et se plaqua tout contre son dos, l'encerclant de ses bras pour la contraindre à s'arrêter quelques instants. « Je ne signerais rien. On va surmonter ça, à deux. Je te l'ai dit, c'est toi que je veux... » Et comme pour essayer de la détendre, il ajouta après avoir embrassé son épaule. « Tu veux que je te le prouve une nouvelle fois ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Ven 26 Sep - 12:07

Beth aurait aimé qu'Adrian n'apprenne jamais qu'elle prenait des antidépresseurs. Elle était devenue accro à ses petits comprimés depuis sa rupture avec Cruz. Au départ, elle les avait pris uniquement pour apaiser sa peine et sa douleur, puis pour supporter sa nouvelle vie avec Edgar. Très vite, elle était devenue dépendante et ne s'en passait plus. Elle ne pouvait rester une seconde de plus sans avaler quelques uns de ces petits cachets qui lui faisait oublier ses angoisses.
Beth sursauta quand Adrian l'enlaça, mais fut très vite rassurée. Elle se sentait contenue et ça permettait d'atténuer son stress. Elle était réellement ridicule de se mettre dans un tel état. Elle repensa à leurs débuts, où elle était prête à affronter quiconque se mettait sur leur chemin. Et là, elle tremblait minablement devant un vieil oncle qui n'avait de pouvoir que envers ceux qui le craignait. Elle devait changer d'attitude et ne plus avoir peur de lui. Bethian étaient plus forts.
Adrian avait réellement changé. Il ne changeait pas d'avis concernant les papiers du divorce. Avant, il se serait simplement plié à la volonté de sa femme et les aurait signé sur le champ. Beth aimait ce nouveau Adrian, elle avait besoin de ça, de cette nouvelle position. Bien sûr, il ne faudrait pas qu'à l'avenir, il lui tienne tête trop souvent, Beth aimait qu'on lui obéisse au doigt et à l'œil. Juste un peu de résistance suffisait.
La jeune femme tendue relâcha un peu la pression en contact de son amant. Elle se laissa aller contre son corps et se laissa bercer par ses paroles. Oui, elle voulait qu'il lui prouve à quel point il l'aimait et ne pouvait vivre sans elle. Elle voulait qu'il lui fasse l'amour comme personne ne lui avait déjà fait. Elle se retourna alors pour lui faire face et l'embrasser passionnément. Elle enroula sa jambe autour de la sienne et passa ses mains dans sa chevelure un peu folle. Elle ne dit rien, le silence était parfois le meilleur remède à des maux trop forts. Beth succomba au désir qui animait son corps et plaqua le corps d'Adrian contre le mur. Ils allaient profiter de cette suite jusqu'au bout, jusqu'au moment où Beth devrait s'éclipser et rejoindre leur maison, mais sans lui, jusqu'au moment où Beth irait rejoindre Edgar et déposerait un baiser sur ses lèvres de pervers.


[...]

- Je t'aime. Murmura-t-elle à l'oreille de son mari pour le sortir de ses rêves. Quand Adrian ouvrit les yeux, le visage de Beth était au dessus du sien. Elle lui souriait. Elle était apaisée. Il était tard, très tard. Beth s'en moquait. Elle voulait rester encore et encore avec Adrian. Que le temps s'arrête définitivement. Elle l'embrassa et se mit à rire comme une enfant.

- T'as pas l'impression d'être retourné à nos 16 ans ... toi et moi dans un hôtel ... on a juste 20 ans de plus, trois enfants et quelques soucis en plus ...

Et les quelques soucis étaient loin d'être minimes. Pendant qu'Adrian dormait, Beth n'avait pas fermé l'œil, elle n'avait fait que tourner et retourner le problème dans tous les sens. Elle en était venue à une conclusion qui ne l'enchantait pas énormément, mais sûrement la seule qui leur permettrait de rester mariés et en vie.

- Adrian, je pense que nous devons quitter Degrassi. Toi, les enfants et moi. Je pourrai ouvrir un nouveau cabinet en France ou en Australie. Ou même en Autriche, j'ai toujours rêvé de vivre comme Sissi Impératrice, enfin pas sa tragique fin bien sûr ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Sam 27 Sep - 11:15

Cette boite de médicaments inquiétait Adrian. Beth n'avait jamais été du genre à prendre quoique ce soit. Même les somnifères n'avaient jamais eut la moindre utilité auprès d'elle. Il pensa aussitôt à vérifier l'étiquette du flacon, quand l'occasion se présenterait. Il redoutait qu'elle ne soit devenu dépendante de la moindre substance, aussi anodine soit-elle. Il espérait devenir le remède à toutes ses peines, à ses angoisses... La solution à ses problèmes. Et il cherchait à la réconforter en la serrant dans ses bras. La chaleur de leur étreinte devait devenir pour elle un refuge, dans lequel elle pouvait relâcher la pression. Adrian avait toujours été à son écoute, certes... Mais de manière assez passive. Il avait fait tout ce qu'elle lui avait demandé, pour mener cette petite vie en apparence parfaite et contrôlé à la note près. Aujourd'hui, il cherchait à reprendre les rennes, à retrouver une place plus affirmée au sein de leur couple. Quand plus d'un homme auraient penser avoir loupé le coche et se seraient cantonné à un rôle qu'ils avaient toujours tenu, Adrian réaffirmait son caractère et le faisait comprendre à sa femme.

Tout en lui n'aspirait qu'à une chose : la reconquérir et obtenir une véritable confiance de sa part, si bien qu'elle s'en laisserait porter. Ça n'était pas quelque chose d'aisée et d'anodin pour Beth, il en avait conscience. Mais il tentait tout de même sa chance, et essayait de lui transmettre, par quelques baisers et mots doux, par sa présence, un peu de son assurance. Adrian souhaitait qu'elle croit en eux aussi fort que possible. Il sentit la belle se relâcher entre ses bras, puis son corps parfait glissa contre le sien. Elle l'embrassa à nouveau, lui confirmant alors qu'elle acceptait volontiers qu'il lui prouve à nouveau toute la passion qu'il nourrissait à son égard. De la manière la plus sensuel et érotique qui soit, il fit tomber le draps qui la couvrait encore et captura ses lèvres dans un baiser brûlant, avant de la renverser sur le lit et de lui faire l'amour avec tendresse et intensité.


Lorsqu'il ouvrit les yeux, il pu admirer le magnifique visage de sa belle, aux traits d'une finesse synonyme de pureté. Beth était au-dessus de lui, et tout en glissant ses mains sous les draps, il caressa ses douces cuisses. Le « je t'aime » qu'elle lui murmura lui fit l'effet d'une petite décharge dans tout le corps, le sortant pour de bon de ses restes de sommeil. Ces mots lui avaient terriblement manqué et les entendre faisait un bien fou. « Je t'aime aussi, mon ange. » Elle s'était rapprochée et il avait caressé ses lèvres avec douceur. La réflexion qui suivit le fit sourire. « C'est vrai, j'ai l'impression d'avoir fait un bond en arrière. » Retrouver l'insouciance de leur adolescence aurait eu du bon en cette période assez sombre et compliquée. Mais il fallait bien affronter tout cela avec conviction et maturité. D'ailleurs, l'expression de Beth se fit plus sérieuse lorsqu'elle lui soumit l'idée de partir. « Tu veux quitter Degrassi ? Ta vie ici, tes amis ? » Adrian s'en étonnait un peu, n'ayant pas pensé que Beth aurait pris la fuite. [/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Sam 27 Sep - 13:43

Adrian avait raison. Beth n'était pas prête à quitter sa vie ici, même si jusqu'à il y a peu, les amies lui étaient peu essentiel à sa vie, depuis quelques années, elle avait créé des liens et l'idée de devoir fuir et tout abandonner ne l'enchantait pas. Mais si c'était la seule solution pour échapper à la folie meurtrière d'Edgar, elle était prête à faire ce sacrifice. Tout recommencer ne faisait pas peur à Beth, elle avait toujours été une battante, et elle savait que où qu'elle soit, tout ce qu'elle toucherait de près ou de loin serait une réussite, elle avait toujours su rebondir. Sauf en matière de sentiments. Beth aurait souhaité continuer à être cette adolescente égoïste et névrosée qu'elle était à l'époque, ne se souciant que d'elle même. Au lieu de ça, elle était devenue une épouse amoureuse, une mère surprotectrice - et amoureuse -, et une amie dévouée. Oui, en fait, elle était devenue faible.
Et puis, il n'y avait pas que le recommencement qui lui faisait peur, mais aussi de vivre sous le même toit que son mari et leur fils. Jusqu'à maintenant, si elle avait réussi à faire face, c'était en quelque sorte grâce à cette petite peste de Kennedy qui avait pu tenir éloigner Beth et Cruz l'un de l'autre, mais que se passera-t-il quand ils vivront tous les 5 loin de tout ? Beth ne voulait même pas y penser. En effet, partir, fuir, n'était pas la solution. Elle était lasse. Pourquoi se forcer à trouver des échappatoires quand la seule sortie possible était et restait son mariage avec Shawell. Ou sa mort.
Beth soupira, telle une petite fille capricieuse que l'on venait de frustrer. Elle croisa ses bras tout en faisant la moue.


- Adrian Preston, comment voulez-vous qu'on s'en sorte si à chaque fois que je propose quelque chose, vous vous y opposez ?

Elle ne put pas garder cette attitude plus longtemps, tant Adrian la faisait craquer. Elle se mit à rire et l'embrassa. Un court instant d'innocence avant de reprendre son sérieux et réfléchir. Elle se tut quelques minutes puis, l'air grave, finit par dire :


- Je vais tout dire à Edgar. Tout ça a assez duré. Tu dois reprendre ta place, officiellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Sam 27 Sep - 14:02

A première vue, on pouvait croire qu'Adrian faisait du zèle en s'imposant ainsi et en remettant tout en question dès lors que sa femme prononçait le moindre mot. Seulement, il savait ce qu'il voulait, et il tenait à offrir à la belle un nouvel équilibre de vie. Tout ce qu'ils avaient déjà partagé, mais en mieux. Cet amour parfait que le public enviait, aussi bien devant des photographes que dans l'intimité. Cette famille soudée, en tout temps... De solides piliers pour la petite Prudence. Bref, il voulait qu'elle puisse se reposer sur lui et savourer tout ce qu'elle avait toujours désirer, réellement. Adrian voulait devenir un meilleur époux, sans avoir à s'installer en Europe pour fuir son dégénéré d'oncle complètement pervers et dégueulasse. Beth fit mine de le reprendre, affichant cette petite moue mécontente qui, elle aussi, lui avait cruellement fait défaut. Adrian lui répondit tout d'abord par un sourire en coin, et replaça une de ses mèches de cheveux derrière son oreille. « Je ne pense qu'à ton bien être, et pour ça, je ne veux pas te priver de ce que tu as acquis ici. » Son cabinet d'avocats, ses amis et relations, ses habitudes... Il savait que tous ces détails pouvaient peser lourd dans la balance. Lui même avait ressenti certains manques en quittant officiellement Degrassi pour Los Angeles. Aujourd'hui, il comprenait qu'elle avait été au cœur de tout cela, puisqu'il avait dû dire au revoir à bien plus qu'une ville ; à son unique et grand amour.

Adrian eut droit à un nouveau baiser, et fut à nouveau étonné du discours que tenait son épouse. Elle voulait tout dire à Edgar, elle qui semblait en avoir si peur. « Tu es sûre, mon amour... ? » Un brin diverti par le parfum de la beauté sculpturale qui se tenait au-dessus de lui, il se redressa un peu et déposa un baiser dans son cou, puis à la naissance de sa poitrine. Reprendre sa place était tout ce qu'il souhaitait, bien entendu. Mais était-ce judicieux d'agir ainsi avec Shawell ? « Tu penses que je pourrais revenir au manoir ? » Il plongea son regard bleu dans celui de sa femme. « Je ne veux pas qu'il t'arrive quoique ce soit. » Edgar était un homme fou. Il était sûrement capable des pires folies pour ne pas avoir à perdre ce qu'il convoitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Sam 27 Sep - 16:26

Beth savait que c'était purement folie de tout avouer à Edgar, il ne le prendrait pas mieux si elle lui annonçait quelques jours avant leur mariage en privé, que le jour de leurs noces. Dans tous les cas, sa colère serait telle qu'il valait mieux ne pas être dans les parages à ce moment là. Peut-être la frapperait-il, ou pire. Beth s'attendait au pire. Elle avait même songé à tout lui révéler sur une video, afin de ne pas être en face de lui pour recevoir sa gerbe quand il apprendra qu'elle ne pouvait aimer qu'un Preston et qu'il l'avait toujours répugné, ou presque.

- Non, je pense même que c'est une mauvaise idée, mais tout ça doit cesser.

Beth était d'humeur coquine malgré la gravité de l'instant. Encore nue, elle se colla un peu plus à Adrian afin de sentir sa peau contre la sienne. Oui, il pourrait revenir au manoir, c'était leur manoir, depuis toujours. Beth avait toujours leur immense photo de mariage qui jonchait autrefois l'entrée. Elle l'avait caché dans le grenier, le jour où Edgar l'avait retiré pour y déposer son énorme et laid portrait. Beth était d'ailleurs lasse de croiser ce tableau à chaque fois qu'elle rentrait chez elle. Etre blottie contre son mari laissait Beth rêveuse et surtout la remplissait d'espoir. Ils n'allaient pas constamment se cacher pour profiter de leur amour. Même si ça avait un petit côté excitant, Beth voulait que l'image de la famille Preston brille à nouveau partout. Shawell était en trop sur ce tableau.

- C'est ta maison, notre maison. Oh Adrian, si tu savais comme je regrette d'avoir cédé ce jour là ... Mais je n'avais pas le choix ...

Des larmes coulèrent sur les joues de Beth. Elles lui piquaient ses pommettes saillantes. D'un revers de la main, Beth s'empressa de les essuyer. Elle se rappela le soir où elle avait signé ce pacte avec le Diable et où sa vie était devenue un réel cauchemar. Tout ça pour Cruz et Prudence ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Dim 28 Sep - 12:53

Beth partageait donc son avis concernant Edgar. En tout cas, elle affirmait que son idée n'était sûrement pas la meilleure, mais qu'elle se devait de tirer les choses au clair. Voir qu'elle tenait tout autant que lui à ce qu'il reprenne sa place officiel d'époux touchait Adrian. Il admirait d'autant plus sa femme, alors qu'elle était prête à prendre de sacrés risques pour lui, pour leur couple. Néanmoins, il ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter pour elle, souhaitant la protéger quoiqu'il arrive. Il caressa doucement sa joue, cherchant à la rassurer de part ce simple geste. « Je ne veux pas que tu affrontes ça toute seule. T'imaginer livrée à Edgar me rendra malade, Beth... » Il s'imaginait déjà entrain de tourner en rond comme un lion en cage, pensant à tous les scénarios possibles avec un tel individu. Il ne pouvait pas tenter ainsi le diable et la mettre en danger.

Beth pressa son petit corps svelte contre son torse musclé, et Adrian posa sa main sur sa jambe. Il fit remonter cette dernière sur sa propre hanche, et entraîna alors la jolie brune au-dessus de lui. Il se faisait lui-même prisonnier de ses cuisses, effleurant sa peau du bout des doigts, jusqu'au creux de ses reins. Il la détaillait, l'observait, appréciait ses courbes contre son corps chaud. Beth lui fit part de ses regrets, cédant doucement vers de nouvelles larmes qui attristèrent son époux. Il souffrait pour elle, réalisant qu'en quittant leur foyer il l'avait littéralement abandonné. Il l'avait peut-être surestimée, la pensant plus forte qu'elle ne l'était. A force de lui montrer cette image de femme incarnant la perfection, solide et impressionnante... Elle l'avait induit en erreur. Aujourd'hui il la devinait plus faible qu'elle ne le laissait penser. Lui aussi nourrissait d'horribles regrets. D'une nouvelle caresse, il essuya ses larmes et la força à le regarder quelques instants. Il ancrant son regard dans le sien, et l'entraîna vers lui, posant son front contre le sien. « Chut... » -souffla-t-il contre ses lèvres. « Je vais rentrer... Ça prendra le temps qu'il faudra, mais je vais revenir, d'accord ? N'en parle pas tout de suite à Edgar. Je ne veux pas que ce dégénéré lève la main sur toi, tu m'entends ? On va se sortir de là, ça va aller... » Il lui en faisait la promesse. Il devait forcément y avoir une solution à tout ça, et Adrian allait mettre le doigt dessus. Il allait leur offrir ce renouveau, leur permettre de s'épanouir sans cette épée de Damoclès au-dessus d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Dim 28 Sep - 16:55

Beth repensait au fameux jour où elle avait vendu son âme au diable. A l'époque, elle en voulait à Adrian et elle aimait aveuglément Cruz. Tout ça l'avait poussé à faire l'erreur la plus stupide de sa vie : promettre à Edgar de l'épouser, pour garder à tout jamais son terrible secret. Edgar l'avait manipulé, en se servant de la faiblesse d'Adrian, qui n'avait rien trouvé de mieux à l'époque d'engager l'oncle de sa future ex femme afin de récupérer la garde de leur petite Prudence. Beth, face à la crainte que la vérité soit révélée, avait préféré se sacrifier, faisant passer Adrian pour un homme stérile. Elle s'en était voulu sur le coup, mais elle était restée persuadée, à l'époque, que c'était la meilleure des solutions. Elle n'avait jamais su pour quelle raison finalement Adrian n'avait pas insisté, elle ne savait pas ce qu'Edgar avait pu lui raconter. Apparemment, il considérait bien Prudence comme sa fille, donc pour une fois, Edgar n'avait pas été un connard, mais Beth savait qu'avec tous ces retournements de situation dans sa vie, Adrian finirait par apprendre tôt ou tard la vérité, et ça la terrifiait. Sera-t-il toujours aussi éperdument amoureux d'elle et prêt à tout pour la reconquérir quand il apprendra que celle qu'il considère comme sa fille est en réalité ... la fille de son propre fils ? Beth essayait de ne pas trop y penser, mais cette image d'Adrian apprenant la vérité au sujet de Prudence n'arrêtait pas de la hanter.
Et il était là, adorable comme tout, à la rassurer, à la protéger et à l'aimer alors qu'elle l'avait trahie. Beth mériterait les coups portés par Edgar. Elle mériterait aussi qu'Adrian la plaque comme une vulgaire traînée le jour où il apprendra toute la vérité. Devait-elle tout lui avouer maintenant ? Avant qu'il l'apprenne d'une personne mal intentionnée et qui n'aura pour but que de le blesser ? Si elle, elle lui expliquait, peut-être comprendrait-il ce qu'il s'est passé et lui pardonnerait-il sa faiblesse.
Beth sortit de ses pensées quand Adrian lui dit qu'il allait partir. Elle ne voulait pas que ce moment s'arrête, elle voulait que le temps s'éternise pour rester avec lui, pour toujours. Beth lui adressa un sourire triste. Il faisait tant pour elle, il était si optimiste, malgré sa peur de retrouver son épouse amochée par Edgar.


- Chaque moment passé sans toi sera une véritable déchirure.

Elle se leva après lui avoir déposé un tendre baiser dans le cou. Elle devait se laver, pour retirer toute odeur de ce rendez-vous clandestin. Edgie ne devait se douter de rien, et même si Beth aurait aimé garder l'odeur d'Adrian avec elle toute la nuit, elle devait faire en sorte qu'il ne reste aucune trace de son infidélité envers son oncle. Elle resta sous la douche un long moment, faisant couler l'eau brûlante sur son petit corps meurtri. Elle pleurait en silence. Une fois sortie de la douche, Beth s'empressa d'attacher ses cheveux en chignon négligé. Face au miroir de l'immense salle de bain, elle se fit face. Elle ne se reconnaissait plus. Où était passée la Beth Spencer d'il y a 20 ans ? Sentant le malaise arriver, elle s'empressa d'avaler à nouveau quelques unes de ses pilules blanches au moment où Adrian passait la tête à travers la porte de la salle de bain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Dim 28 Sep - 20:16

Adrian espérait ne plus jamais à voir à croiser ce regard attristé. Il souhaitait contempler le visage de sa douce épouse rayonnant de bonheur. Ne voir apparaître ses deux petits traits marqués entre ses sourcils seulement lorsqu'elle le reprendrait ou ferait mine de râler parce qu'il ne l'a pas assez câlinée ; et non pas parce qu'elle était soucieuse, angoissée et apeurée. Il ne voulait plus jamais qu'elle ne se retrouve dans un tel état. Et pour atteindre son but, il se devait d'agir et de le faire rapidement. Ils avaient passé de longues heures l'un contre l'autre, et même s'il adorait sentir la poitrine ferme de Beth contre son torse, son corps brûlant contre le sien, il devait malgré lui se faire à l'idée que ça ne pouvait pas durer indéfiniment. Bientôt, il pourrait la garder rien que pour lui, l'enfermer dans une chambre durant tout un week-end pour profiter de son corps de déesse, lui murmurer des mots doux et la faire crier de bonheur. Très bientôt, il la retrouverait totalement sienne, sans avoir à se cacher dans une chambre d'hôtel.

Beth lui confiait sa peine, la difficulté de le laisser... Et il déposa un baiser sur son front pour l'apaiser. « Ça sera encore plus dur pour moi. » L'imaginer auprès d'un autre... Pire encore, auprès de cet immonde porc de Shawell... Ça le rendait fou ! Il espérait qu'elle ferait tout son possible pour assurer sa protection et celle de leur fille ; qu'elle ferait en sorte d'être assez maline pour ne pas prendre de risques inutiles. Et plus que tout, Adrian désirait que les sales pattes de son oncle restent loin de son corps svelte et si désirable. De rage, il n'aurait rien eu contre le fait de lui couper les deux mains. Secouant légèrement la tête, il chassa l'image de sa femme prise par un autre homme.

Il laissa cette dernière s'échapper de son étreinte, après avoir eu droit à un baiser dans le creux de son cou. Rien de mieux pour le faire frémir. Il se laissa rouler sur le côté, atterrissant alors sur l'oreiller de Beth. Il ferma les yeux et inspira profondément, profitant alors du parfum de camomille de son shampoing. Lorsqu'il releva la tête, la brune avait disparu. Très vite, il pu entendre l'eau de la douche couler... Mmh... Il imaginait aisément l'eau chaude redessiner les courbes de sa femme. Mais ne soupçonnait pas les larmes sur ses joues. Il lui laissa le temps de se laver, suffisamment d'espace pour se reprendre ses esprits et se préparer à rentrer. De son côté, il décida que la douche serait pour plus tard, qu'il pouvait garder son parfum sur lui encore un moment, par égoïsme...

Au bout d'un moment, il céda à l'envie de savoir ce qu'elle faisait, où elle en était. Il frappa très légèrement à la porte et y passa sa tête dans l'encadrement avant même d'avoir obtenu la moindre réponse. « Ça va ma puce ? » Il lui adressa un regard à travers le miroir, ne se doutant pas qu'elle n'allait pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Dim 28 Sep - 21:10

Beth sursauta. Elle n'avait pas entendu Adrian s'approcher. Elle poussa un petit cri et lâcha la boîte de ses antidépresseurs qui resta quelques secondes suspendue dans les airs avant de retomber. Les 3/4 des pilules tombèrent dans l'évier. Beth s'empressa d'en ramasser le maximum, complètement paniquée à l'idée de ne plus avoir assez de comprimés pour rêver. Elle avait déjà du mentir à plusieurs médecins de la ville pour se faire prescrire autant de boîtes, elle allait finir par se faire griller, et elle ne se voyait pas appeler Kennedy ou un de ses copains à la rescousse pour qu'ils la fournissent en médoc. Et puis, Adrian. Adrian venait d'être témoin de tout ça. Pour qui allait-elle passer à ses yeux ? Une junkie ? Une femme faible qui devient dépendante aux médicaments à la moindre occasion. C'en était trop à nouveau pour l'avocate qui craqua, en fondant en larmes. Elle était au bord de la crise de nerfs, et ce malgré les comprimés qu'elle venait d'avaler et qui ne devaient pas encore faire effet, ou plus assez, vu l'accoutumance de Beth.
Beth voulait cacher tout ceci à Adrian. Elle voulait qu'il garde comme image d'elle celle d'une femme forte, battante, que rien n'effraie. Elle voulait même qu'il continue à la considérer comme une princesse capricieuse qui obtient toujours ce qu'elle veut. Elle ne voulait pas qu'il découvre ce qu'elle était devenue depuis quelques temps. Elle voulait aussi l'épargner. Elle le mettait déjà en difficulté à cause de son pacte avec Edgar, et si elle en croyait les menaces de ce dernier, elle le mettait même carrément en danger de mort. Il n'avait pas besoin de ça. Mais les larmes avaient été impossible à retenir, la pression était trop montée et l'approche de leur séparation pour quelques heures ou quelques jours l'avait fait s'effondrer.
Elle ne savait plus quoi dire à Adrian. Après tout, la scène à laquelle il assistait parlait d'elle même. Non, ça n'allait pas. Elle n'allait pas bien et peut-être devait-elle se faire interner, au moins, elle échapperait ainsi à son pervers d'oncle et son envie de mariage. Elle avait envie de se réfugier dans ses bras musclés de basketteur professionnel. Combien de fois s'était-elle retrouvée blottie contre lui ? Des centaines de fois. Le jour où Adrian avait demandé Beth en mariage - certes après que cette dernière l'ait menacé s'il ne faisait pas sa demande le jour de la St Valentin et avec une bague ayant plus de valeur que celle de Lady Di - , celui où ils avaient appris que Cruz s'était niché au creux de l'utérus de Beth, puis celui où ils annoncèrent à Cruz qu'il allait devenir grand frère. Bien sûr, il y avait eu aussi des fois où Adrian avait câliné Beth par culpabilité, parce qu'il avait fauté, mais même ces moments là, Beth les avait apprécié. Parce qu'au fond, ils avaient toujours été ensemble, inséparables, et indissociables.
Elle se retrouvait con, à se jeter sur des pilules dont elle ne savait plus se passer. Elle regarda Adrian depuis le miroir. Elle se mordait la lèvre inférieure et ses yeux, embués de larmes, réclamaient son pardon.


- Pardonne moi Adrian.

Ce furent les seuls mots qu'elle réussit à prononcer avant de s'effondrer de nouveau, lâchant cette fois les pilules qu'elle venait tout juste de récupérer, qui roulèrent au sol en même temps que le flacon qui les contenait. Beth s'assit sur le sol froid de la salle de bain, tremblante, pleurant à chaudes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Mar 30 Sep - 19:19

Adrian pensait avoir rassuré sa belle, un peu plus tôt dans leur lit presque conjugal. Il était loin de se douter que Beth avait versé des larmes sous sa douche et qu'elle souhaitait étouffer ses craintes et ses fantômes à l'aides de médicaments. En passant sa tête dans l’entrebâillement de la porte il avait pensé redécouvrir cette image si plaisante de sa femme entrain de se rafraîchir et de se pomponner après une nuit d'amour... Beth était née avec une grâce inégalable, que ses leçons de bonne conduite avaient magnifié. Adrian ne se serait jamais lassé de la contempler... Cependant, ce qu'il vit là fut une scène nettement différente. La grande brune était métamorphosée, presque méconnaissable ! La petite fissure qu'il avait aperçu était désormais un gouffre d'angoisses. Il était surpris de la voir se jeter ainsi sur ces petites pilules, comme si elle dépendait de ce traitement. Elle lui donnait vraiment l'impression d'être complètement accroc à ces trucs, ce qui l'inquiétait de plus en plus.

D'un regard bienveillant, bien que teinté d'une certaine peur et inquiétude, il regardait sa femme à travers le miroir. Il n'osait rien dire, un peu sous le choc de la voir perdre pied de la sorte. Son absence avait donc fait tant de dégâts que ça ? Il avait l'impression d'en prendre davantage conscience, comme si tout cela se peignait sur les traits fatigués de son épouse. De quoi étreindre son cœur d'une culpabilité encore plus forte... Elle lui demandait pardon, et la voir dans un tel état lui faisait un mal de chien. Il avait le sentiment d'avoir fragilisé cette si jolie fleur en la laissant livrée à elle-même. Beth s'écroulait sous ses yeux, laissant tomber le flacon de cachets, qui se répandirent sur le sol. Quelques secondes plus tard, la jeune femme se retrouvait elle aussi par terre, en larmes.

En silence, Adrian entra dans la salle de bain. Il avançait lentement, comme dans le passé lorsqu'il voulait approché un oiseau ou un écureuil apeuré dans le parc en compagnie des enfants... En douceur, pour tenter de ne pas la brusquer alors qu'elle semblait complètement perdue. Il s'accroupit, pour être à sa hauteur, et lui fit relever le regard en plaçant son index sous son menton. « Hey... -commença-t-il tout bas. - Chut... Viens mon cœur... » Il lui ouvrit ses bras, et posa un genoux à terre pour la serrer contre lui. « Tout va bien... » Il passa une main dans ses cheveux, y déposa ensuite un baiser, sans jamais la relâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Mer 1 Oct - 8:19

Beth avait besoin de se sentir contenir, comme les petits enfants quand ils pleurent perdus au milieu de leur lit si petit mais si grand pour eux. Jamais de sa vie Beth n'avait eu besoin de se sentir rassurée à ce point. d'ordinaire, c'était elle qui était la personne rassurante, qui avait confiance en elle et qui prenait dans ses bras ses enfants, quand ils avaient du chagrin. Là, elle avait remis sa vie et son bien-être entre les "mains" de médicaments miracles, qui à long terme, ne devaient pas être très sains pour la santé.
Quand Adrian la prit dans ses bras, elle était soulagée mais aussi encore plus mal. Elle ne supportait pas de lui avoir caché une partie de la vérité. Elle avait envie de tout lui révéler, lui expliquer pourquoi, lui demander pardon, lui dire que tout ça ne se reproduirait plus, qu'elle avait eu un moment de faiblesse, qu'elle s'en voulait. Elle voulait qu'il lui dise que ce n'était rien, qu'il passait l'éponge, qu'il ferait comme si de rien n'était, mais Beth savait que ce ne serait pas possible. Alors, elle se tut, à nouveau, et à nouveau, elle sentit l'angoisse monter en elle. Elle ne serait jamais apaisée avec un tel secret.
Après une longue étreinte, Beth essuya ses larmes et se calma peu à peu. Elle devait retrouver sa puissance d'avant et ne plus être faible, sinon, Edgar la mangerait toute crue, et Adrian avec. Au fond d'elle, elle savait que le plus dur au final, ne serait pas d'affronter Edgar, mais de renoncer entièrement à Cruz. Elle ignorait si elle le pouvait. Elle était bien obligée de le faire, ce dernier ayant préféré sortir avec une adolescente de son âge, mais Est-ce qu'elle arrivera à l'oublier totalement ? Cette question la terrifiait, surtout qu'elle se sentait si bien avec Adrian et qu'elle avait envie de retrouver son mari et leur vie d'avant. Leur vie de quand tout allait bien chez les Preston.
Mais l'heure était avant tout à l'éviction d'Edgar au sein de leur couple et de leur manoir. Beth dit alors :


- Demain, je dirai à Edgar que je pars quelques jours me reposer avec Prudence. Tu me retrouveras là où je serai, et on passera du temps tous les trois ... pour se retrouver ... pour en profiter ...

Peut-être seraient-ce les derniers moments passés ensemble ... surtout si cette escapade venait à se savoir auprès de Shawell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Jeu 2 Oct - 15:57

Adrian garda son épouse un bon moment dans ses bras, souhaitant l'envelopper de tout l'amour qu'il lui portait, pour qu'elle s'apaise et cesse de pleurer. Il la sentait fébrile, moralement épuisée... Et il se demandait comment il pouvait l'aider au mieux, veiller à ce qu'elle ne craque pas comme ça jusqu'à plonger dans un puits de désespoir sans fond... Ses cachets l'inquiétaient vraiment, et il lui impossible de fermer les yeux sur tout ce qu'il venait de voir. Une fois calmée, Beth se reprit quelque peu et se redressa pour prendre la parole. Elle proposait de prendre quelques jours de vacances, qu'elle annoncerait ainsi à Edgar pour qu'il la laisse tranquille, afin de se retrouver réellement avec Adrian, sans avoir à se soucier des horaires, des excuses, du secret... Elle avait mentionné Prudence, cette petite qu'Adrian avait à peine vu depuis sa naissance. Heureusement, l'enfant était bien trop jeune pour pouvoir lui en tenir rigueur plus tard et lui faire, elle aussi, le reproche de son absence.

« D'accord... » -commença-t-il par dire tout bas. « Je te retrouverais, où tu voudras... Mais Beth, ma puce... Promet moi une chose... » Il la fixait, de son regard bleu, comme pour traduire tout le sérieux de sa requête. « Arrête de prendre ces trucs. Je ne sais pas ce que c'est, mais ça m'a l'air mauvais pour toi. Stoppe tout ça, je suis là. Je préfère que tu t'appuies sur moi et que tu jettes ces merdes à la poubelle. » Un léger silence ponctua sa demande, et tout en la gardant près de lui, il la fit se relever. Il l'enlaça, profitant du doux parfum de sa peau une dernière fois. « Pense à nous deux lorsque tu sens que ça ne va plus... » Il espérait que l'idée d'une nouvelle vie ensemble, d'une seconde chance, serait suffisante pour l'aider. Qu'une simple pensée pour lui panserait ses blessures, jusqu'à ce qu'il vienne définitivement la guérir de ses maux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
First Class & Fancy Free, I'm High Society. So High Like Cleopatra, Joan of Arc, or Aphrodite.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/04/2008
• MESSAGES : 2040
• ÂGE : 29
• LOCALISATION : The Saint Gervais
• I-POD : Clandestins
• HUMEUR : Hystérique

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Jeu 2 Oct - 20:52

Beth tremblait déjà à l'idée de devoir se passer de ses antidépresseurs. Elle ressentait le manque avant même de l'avoir éprouvé. Et pourtant, elle savait qu'Adrian avait raison, qu'il était son meilleur allié pour affronter toutes ces épreuves et qu'elle devait lui faire confiance et se laisser porter par sa présence.
Les paroles d'Adrian réconfortaient à merveille Beth qui retrouvait son calme. Elle avait désormais un objectif : partir en vacances loin d'Edgar pour permettre à Adrian d'apprendre à connaître Prudence. Elle savait que jamais Cruz n'assumerait ce rôle, et Prudence ne méritait pas de grandir sans la chaleur d'un papa attentionné. Maintenant qu'Ugo et Cruz étaient grands, Adrian et Beth auraient tout leur temps pour gagatiser devant les progrès de leur fille. Beth avait bien réfléchit, elle n'avouerait pas à Adrian qu'il n'était pas le père. Il n'avait pas besoin de souffrir. Ils allaient refonder une famille, et dans quelques mois, quand tout ceci serait derrière eux, qu'Edgar sera devenu inoffensifs, alors ils feraient ensemble un bébé.
La bouche de Beth tremblait quand elle répondit à Adrian :


- Je te promets d'arrêter. Pour toi. Pour nous.

Elle l'embrassa tendrement. Elle ne voulait pas regarder le réveil, mais elle savait qu'elle devait y aller. Ce moment avait duré bien trop longtemps, et si elle ne voulait pas éveiller les soupçons de son oncle, elle devait rentrer seule au manoir. Avec difficulté elle se releva, Adrian se levant avec elle. Elle le serra contre elle, profitant encore de son odeur.

- Je vais devoir y aller ... Il va se poser des questions sinon.

Beth déposa un baiser à la commissure de ses lèvres puis attrapa ses vêtements qu'elle enfila à la hâte.

- Je te dirai où nous rejoindre ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I Don't know What it Is... But Something About Me is so Irresistible.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 25/07/2014
• MESSAGES : 84
• LOCALISATION : Entre Los Angeles et Degrassi
• HUMEUR : Grincheux

MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   Dim 5 Oct - 13:10

Beth lui fit cette promesse. Elle était prête à faire cet effort pour lui, mais surtout pour eux. Ces simples petits mots avaient le don de réchauffer leur cœur d'Adrian, voyant là une preuve de sa confiance. Elle voulait croire en leur avenir ; elle se sentait capable de le suivre et de refonder cette famille au passé si glorieux. Adrian souhaitait tellement rattraper ses précédentes erreurs et offrir à sa femme ce dont elle avait toujours rêvé. Beth avait toujours eu ce petit côté ambitieuse, toujours en quête de réussite et de démonstrations diverses de ce prestige. Il avait toujours eu conscience de cela mais n'avait été qu'un simple comédien dans tout ce scénario. Il n'avait fait que l'écouter, sans réellement partager ces désirs... Aujourd'hui, il était prêt à tout lui donner, jusqu'à risquer sa propre vie pour la rendre heureuse. Désormais, il ne pourrait vivre qu'en la sachant comblée.

Il embrassa à nouveau son front avant qu'elle ne relève la tête pour sceller sa promesse à l'aide d'un tendre baiser ; puis il la garda un moment dans ses bras. Il la serrait contre lui, tentant de lui insuffler suffisamment de courage et de force pour tenir le coup et affronter encore un peu Edgar... Le temps qu'il trouve un moyen pour le faire tomber, ou ne serait-ce que pour s'en débarrasser afin de libérer Beth de sa prison dorée. Doucement, ils se relevèrent. Puis Beth les fit reprendre pied dans la réalité. Il était vrai que les heures avaient filé comme des secondes, et que son oncle allait finir par s'interroger. Il ne fallait surtout pas lui mettre la puce à l'oreille. Alors même si la séparation serait difficile, Adrian n'en montrerait rien. Il afficherait une mine impassible, d'un homme fort. Tout ce dont Beth avait besoin à cet instant présent, et non la facette de l'homme éperdument amoureux de sa femme -qu'il était bien sûr- prêt à faire des conneries pour la garder égoïstement à ses côtés. Bientôt, il pourrait afficher pleinement sa possessivité, l'étreindre en public et la garder fièrement tout contre lui lors de sorties mondaines

« Oui, il vaudrait mieux que tu rentres... » Ça lui arrachait littéralement la bouche de dire un truc pareil, ayant l'impression de la pousser malgré lui dans les bras de ce pervers incestueux. « J'attendrais tes instructions avec impatience... » -souffla-t-il en affichant un sourire en coin, chaleureux à souhait pour la réconforter et lui montrer qu'à sa manière elle parvenait à reprendre la main sur les événements. Adrian la laissa finalement récupérer ses affaires, faisant attention à ce qu'elle abandonne bien ces cachets ici... Puis il la laissa quitter la chambre, le cœur lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Epoux clandestins [Adrian]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Epoux clandestins [Adrian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One day, I shall come back - Degrassi RPG ::  :: Toronto :: Hôtel Hilton-