AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The simple life [Warhol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 10:05

Le verdict était tombé, si Warhol et Barbie voulaient leur héritage, il devait le prendre en entier. La tutelle de Becca Cooper avec. C’était avec méfiance que Barbie avait débarqué dans le foyer des Cooper. Ses valises Louis Vuitton étaient en total contraste avec la maison de la classe moyenne où elle allait maintenant résider. Elle avait passé au crible chaque recoin de la maison lorsque le couple leur avait fait visité et maudit Ian à chaque moment de l’excursion. Toutes les fois ont un détail de l’habitat lui rappelait qu’elle n’était pas de ce monde et qu’elle n’avait pas à se trouver ici, elle implorait Dieu de la sortir d’ici. Au bout de quelques heures, la raison avait pris le dessus sur ses angoisses à l’approche de sa nouvelle vie. Si elle voulait la paix, elle devait être docile. Elle devait surtout s’occuper de trouver des choses compromettantes sur ces deux loosers qu’étaient Billie et Taylor, des secrets qui permettraient de les tenir éloigner de sa nouvelle vie et qu’ils ne viennent pas gâcher ses efforts de séduction sur le couple Cooper. Le premier soir était dur, Warhol et elle se retrouvait dans une chambre avec deux lits une place séparés par une allée, comme si ils étaient des frères et sœurs de 8 ans. Et encore, à 8 ans Barbara dormait déjà dans un king size et avait une salle de bain attenante à sa chambre. Les lumières éteintes, Barbie n’arrivait pas à trouver le sommeil, elle essayait encore de comprendre ce qu’elle foutait ici. Elle se mit à rire nerveusement et tenta d’expliquer pourquoi à Warhol.

- J’ai l’impression d’être une adolescente dans une famille de la classe moyenne, dit-elle en gloussant comme si cette situation était une blague ou une nouvelle expérience de la jeunesse dorée.

Elle s’arrêta brusquement quand elle comprit qu’effectivement, maintenant elle était une adolescente de 17 ans sous la tutelle d’un couple de la classe moyenne et que à son grand désespoir ce n’était pas une blague, juste le prix à payer pour toucher son héritage.

- Mon dieu… c’est totalement ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 12:28

Depuis le matin où il avait appris la mort tragique de son père adoptif, Warhol Empire avait l'impression de vivre en plein cauchemar. D'abord ça, puis Charlie, et enfin le coup de grâce : devoir aller vivre chez les pauvres et les culs-bénis. Warhol Empire avait même cherché la caméra cachée. Son père avait toujours eu un humour douteux, mais là il battait des records. Warhol ne comprenait pas ce qui avait pu se passer dans sa tête. Il aurait encore préféré que son père le foute à la rue, au moins il serait retourné pleurer dans les jupes de sa mère, lui aurait demandé s'il pouvait rester dormir car il avait un bébé sur les bras, il aurait retrouvé un minimum de confort, même si Carly ne roulait plus sur l'or depuis sa séparation.
Mais le cauchemar était on ne peut plus réel, plus concret, et le résultat était que Warhol Empire se retrouvait dans une chambre minable, dans un lit minable dans lequel il tenait à peine, avec sa fille dont le couffin était posé par terre, entre lui et Barbie. Barbie. Il se retrouvait à co-habiter avec elle. Il n'avait rien contre elle, si ce n'est qu'il éprouvait une certaine rancœur par rapport à la relation qu'elle entretenait avec sa cousine, SA Charlie. Et même si la façon dont Charlie les avait fait se rencontrer, en les forçant à baiser sous ses yeux ne l'avait pas traumatisé et qu'il l'assumait parfaitement, depuis qu'il avait appris que Barbie était la fille de Ian et donc une sorte de demie-soeur ... Il n'avait plus regardé la jeune femme de la même façon.
Aussi bizarre que cela puisse paraitre, la réflexion de Barbie le fit mourir de rire. Sûrement un rire nerveux, un moyen d'évacuer la tension retenue depuis plusieurs jours, mais la spontanéité de Barbie l'avait fait craquer nerveusement. Les deux adolescents sans père se retrouvaient donc à rire jaune quant à leur situation.
Warhol, qui était couché dans l'étroit petit lit se tourna vers Barbie. Il se sentait missionné par Ian pour prendre soin d'elle, et il avait décidé de se comporter en grand frère modèle, sexy mais modèle
.

- T'en fais pas, j'ai un plan ... On va bientôt se casser de là, crois moi !


Warhol n'avait pas vraiment de plan, si ce n'est celui de se barrer au plus vite de cette famille avec Merveille et Barbie sous le bras. Il trouverait. Il s'était toujours démerdé, après tout, il avait eu pendant toute sa jeunesse une mère qui n'en était pas une, et un père qui lui apprenait les positions du kama-sutra et ses techniques de drague ... il s'en sortirait, et il aiderait Barbie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 13:55

Barbie enfonça sa tête dans son oreiller de mauvaise qualité, il devait avoir tellement d’acariens dans cette literie bas-de-gamme. Elle était partagée entre la colère, l’envie de pleurer ou celle de rire. C’était vraiment un cadeau burlesque que leur père avait fait aux deux adolescents. Barbie se rappelait en train d’halluciné les quelques minutes précédant la mort de Ian, quand il lui disait que Becca était une femme exceptionnelle vers qui elle devrait à tout prix se tourner si il lui arrivait malheur. Putain, si elle avait su qu’elle serait en train de coucher chez elle quelques semaines après. Madame Cooper n’était pas méchante, elle avait bon fond et pensait bien faire, Barbara en était consciente. Mais Barbie rejetait toute autorité, elle était libre et livrée à elle-même depuis toujours, par conséquent elle ne pouvait pas être amie avec une femme qui prenait son rôle de tutrice au sérieux. Une lueur d’espoir et de rêve illumina son visage quand Warhol lui avoua qu’il avait un plan et qu’ils partiraient très vite de cette petite maison, ce petit décor de la vie pittoresque de la famille Cooper. Elle avait hâte de partir, elle voulait dormir dans un lit de la taille de ses caprices et sortir de chez elle à sa guise pour aller danser au Diamant’s Club avec ses amis. Elle voulait pouvoir organiser des fêtes, voler la coke de son père comme avant ou fumer des joints dans sa chambre après avoir fini ses devoirs sans que personne ne s’offusque. Il était assez difficile de fumer actuellement, déjà Barbie était assez respectueuse pour éviter le tabagisme passif à Merveille et surtout car de toute façon, Merveille ou pas, les Cooper avaient l’air très à cheval sur les règles. Autant ça ne les dérangeaient pas de cuisiner des plats pas du tout diététiques comme l’avaient été habitués Barbie et Warhol, par contre la cigarette et l’alcool sous ce toit, c’était : No way. Même les pauvres avaient leurs paradoxes.

- Balance, qu’est-ce que t’attend ? dit-elle impatiente de savoir comment ils allaient sortir de cette galère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 17:28

Warhol mit son cerveau en mode cogitation extrême. Il n'avait pas souvent l'habitude de réfléchir si bien que quand il le faisait, il avait une bouille adorable qui pouvait faire fondre n'importe qui. Il essaya de se remémorer les quelques cours de droit qu'il avait pu avoir en cours tout au long de sa scolarité, mais il n'y avait pas moyen, ça ne lui revenait pas. Il se demanda même s'il avait déjà eu un cours de droit un jour, après tout c'est pas comme s'il était genre attentif en cours. Il se contentait la plupart du temps de suivre Cruz ou Charlie pour se rendre en cours, et quand il ne les trouvait pas, il en profitait pour sécher les cours et se taper une lycéenne qui passait dans le coin.
Warhol ne pouvait donc compter que sur lui-même et sa capacité à se sortir des plans foireux. Et pour le moment, on pouvait dire qu'Ian les avait bien mis dans un de ses plans foireux, sauf qu'il n'était plus là pour les en sortir. A moins que demain, le notaire les convoque à nouveau pour leur montrer le vrai testament de leur père qui aurait voulu leur faire une petite blague à tous histoire de mieux digérer sa mort ... mais là aussi, la probabilité était faible.
Il se concentra donc à nouveau et c'est en posant les yeux sur sa Merveille qu'une idée de génie lui traversa la boîte crânienne. Ca y est, il l'avait sa solution, il avait la clé de leur évasion ! Tout excité, il sortit de sous les draps rèches. Il ne portait qu'un boxer très moulant et l'excitation qu'il ressentait à ce moment même ne faisait qu'accentuer les choses. Il sauta à moitié sur le lit, tout foufou.


- Je vais me faire émanciper, comme ça je pourrais accéder à mes comptes. J'achéterai une grande maison, suffisamment grande pour nous deux, pour pas qu'on soit genre l'un sur l'autre tu vois, et ensuite, je t'adopterai et tu viendras vivre avec nous.

Il ressemblait à un gamin qui venait d'ouvrir son paquet de Noël tant attendu et qui renfermait la dernière console à la mode.

- Je vais demander à Ridley, elle va nous aider, c'est elle qui m'a aidé pour Merveille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 18:39

Putain, dire qu’elle croyait réellement que Warhol avait un plan. Barbie le sentait en train de réfléchir, il ne disait rien et pourtant elle était pendue à ses lèvres. Elle se retourna dans son lit, un peu déçue et une moue boudeuse affichait au visage. Puis la parole divine sortit de sa bouche, au début elle se redressa. Elle se dit qu’ils étaient trop cons, Charlie comprise, personne n’avait pensé à l’émancipation. Mais finalement, son idée était à chier. Impossible de se faire émanciper sans l’accord de Becca et vu comme elle avait l’air de tenait à cœur au rôle que Ian lui avait attribué, elle n’était pas prête de laisser filer ses deux nouveaux enfants terribles. Warhol aurait très bien pu se marier sinon, Barbie lui laissait la place volontiers, mais elle ne voulait pas lui mettre cette idée stupide dans la tête, elle trouvait qu’il avait déjà fait assez d’erreur en gardant sa fille aussi mignonne était-elle. De toute façon, même pour se marier tout passait par Becca maintenant, quelle merde ! Barbara trouvait quand même adorable que Warhol pense à l’adopter, même si c’était une idée assez surréaliste, d’autant plus que s’il aurait pu s’émanciper aussi facilement, elle aussi. Elle le regardait tout excité à en sauter sur son lit. Elle allait gâcher son plaisir, tant pis.

- Becca ne voudra jamais, dit-elle lasse. Elle est claquée ton idée, Warhol.

Elle s’apprêtait à faire la gueule comme une grosse gamine, mais elle se rappela qu’elle avait quelque chose pour Warhol. Comme une goudou en prison, elle se pencha sous son lit et en sortit une grosse liasse de billets. La part de Warhol, celle de Barbie étant toujours à sa place entre les lattes. Elle lui tendit le paquet de billet avec un grand sourire.

- Et 5000$ dans le dos de Becca, s’enthousiasma Barbie avec un clin d’œil amusé. Mais il y a une petite condition, la personne qui nous l’offre le fait pas vraiment gratuitement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 19:10

L'enthousiasme, la joie et l'espoir de Warhol retombèrent très vite face à la réaction de Barbie. Ou plutôt son absence de réaction. Son érection aussi. Pourtant, à cet instant précis, il trouva sa petite sœur bandante et regretta d'avoir fait vœu de protection vis à vis de Barbie.
Il fit la moue, déçu de ne pas pouvoir sauter Barbie dans le mini lit d'enfant, ça lui aurait rappelé pourtant sa première fois ... et déçu de ne pas avoir trouvé la solution qui allait les sauver des griffes des Cooper.
Il allait se recoucher, et déprimer, quand il vit Barbie se pencher sous le lit, lui faisant voir au passage une partie de sa poitrine, provoquant une petite érection agréable pour Warhol. Mais Warhol prit peur en pensant que Barbie allait sortir de sous le lit de quoi s'amuser : de l'alcool, de la drogue, des gadgets sexuels ... Et bien qu'il en mourait d'envie, il ne pouvait pas faire ça sous le nez de Merveille, pauvre petite. Même si elle dormait à poings fermés et qu'elle n'avait que 4 mois, il n'était pas responsable de se défoncer en présence d'un bébé.


- Non, Barbie on peut pas faire ça devant ...

Il marqua une pause, estomaqué, quand Barbie sorti une liasse de billets qu'elle secoua sous son nez. D'où sortait-elle ce fric ? Avait-elle vendu son corps ? A qui l'avait-elle volé ? Qui avait-elle tué pour obtenir cet argent ? Les explications arrivèrent aussitôt, mais Warhol n'y comprenait pas. Qui leur avait donné de l'argent ? Pour quelle raison ? Et Becca n'allait-elle pas s'en rendre compte, elle qui était si parfaite et devait tenir les comptes de la famille au centime près ?

- Putain Barbara, tu as eu ça où ? On va avoir des problèmes, rend cet argent tout de suite !

Il réalisa alors ce que Barbie venait de lui dire ... Les derniers mots résonnèrent dans sa tête. Oui, c'était définitif, ils étaient dans la merde, officiellement.

- Comment ça, pas gratuit ? C'est notre fric ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 19:42

La réaction de Warhol, Barbie s’en amusait. Il était flippé. Qu’est-ce qu’il croyait, qu’elle l’avait piqué dans les économies de Becca ? Si ç’aurait été plus discret, Barbara se dit que cette pétasse l’aurait bien mérité puisque Warhol et elle était des enfants qui rapportaient plus de fric qu’ils en coutaient. 15 000 euro, ça devait mettre beaucoup de beurre dans les épinards de la famille, d’ailleurs trop et c’est ce que Barbie reprochait justement à la nourriture trop calorique que Becca préparait. En fait, elle avait eu ses sous d’une manière beaucoup plus légale, même si elle restait néanmoins pas très honnête non plus. Tinsley l’avait contacté pour avoir une photo de Warhol et elle. C’était bien payé et en plus cette garce était perspicace puisqu’elle promettait de payer en liquide et que le travail n’aurait pas besoin de l’accord de Becca. Une fausse paparazzade simplement.

- C’est notre fric mais… Ryan, il m’a donné ça en échange … Barbie fit mine de baisser la tête honteuse, avant d’exploser de rire. Non Warhol, c’est un petit cadeau de Tinsley.

Elle lui reprit les billets des mains, s’en servant pour se ventiler avec frivolité. C’était sur joué, mais Barbara était surtout excité de donner ce fric à Warhol. Il devait être comme elle, heureux de sentir l’odeur de l’argent. Barbie avait toujours été vénale, mais elle se rendait compte de cette partie de sa personnalité surtout maintenant. A présent qu’elle ne pouvait plus disposer de son argent librement, payer une tournée générale en boite de nuit, dépenser un smic pour une robe et tout un tas d’autre gâchis qui ferait sûrement dégueuler Becca, elle qui devait être si économe et raisonnée dans ses dépenses. Barbie devint un peu plus sérieuse en s’apprêtant à expliquer le programme à Warhol.

- Bon je sais pas si ça va te plaire par contre, commença-t-elle avec un sourire gêné. Elle voudrait qu’on fasse une fausse paparazzade sur la tombe de papa et que je fasse semblant de pleurer dans tes bras, enfin un truc qui fasse vendre son torchon quoi, continua Barbara. Il nous en voudra pas, c’est un peu de sa faute si on est obligé de faire ça. Elle posa ses yeux sur Merveille. Tu crois qu’elle rajouterait un peu si on emmenait Merveille avec nous ? demanda-t-elle calmement pour ne pas trop braquer Warhol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 21:00

[Sorry, ça va être pourri, je suis HS]

Warhol trouvait Barbie complètement cinglée, encore plus que Charlie à vrai dire. L'espace d'un instant, il crut réellement que Ryan ... Oui, elle était complètement barrée et peut-être devrait-il l'interner si elle continuait sur cette pente. Après tout, elle avait les mêmes gênes qu'Ian, et ce dernier avait quand même de sacrés problèmes dans sa tête. Tel père, telle fille. Mais pour le moment, ça ne l'empêchait pas d'apprécier, et même d'aimer sa demie-soeur qu'il n'avait jamais appris à connaître au fond.
Quand Warhol entendit la façon dont Barbie s'était procuré l'argent, il fut soulagé et se dit qu'ils avaient là le moyen idéal pour se faire de l'argent de poche facilement, comme à l'époque où leur père était encore de ce monde. Et puis, il s'était attendu à tellement pire.


- Oh tu m'as fait peur Barbie, j'ai cru que tu allais me dire qu'on devait faire une sextape sur la tombe de papa ! J'ai toujours voulu jouer la comédie, on va déchirer et on sera trop beaux sur cette photo.

Il regarda Merveille. La douce et innocente Merveille. S'il voulait faire d'elle la future Reine de Degrassi, il avait besoin d'argent. Elle ne se rendrait même pas compte de tout ça ... Après tout, qu'y-avait-il de mal à la mêler à tout ça ? Rien.

- Si tu veux, on pincera un peu la petite, comme ça elle aussi elle pleurera, et tout le monde s'arrachera ce cliché. On pourrait même s'habiller comme des pauvres et laisser Merveille nue. Je cacherai juste sa petite fente pour pas que des pédophiles tombent dessus quand même ...

Il se leva du lit, s'approcha de Barbie et la prit dans ses bras. Il prit la pose et dit :


- Pleure, il faut qu'on s'entraîne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Lun 22 Sep - 21:47

[C'était parfaiiiiiiiiiiiiit, j'ai ris !]


Les avantages d’avoir un frère comme Warhol, ou quelque chose qui se voulait ainsi plutôt, étaient que toutes les propositions les plus tordues passaient comme des lettres à la poste. Le pauvre avait eu peur que Barbie est booké une sextape sur la tombe de leur père, quand elle avait pensé avoir vendu leur malheur à la presse comme une Kris Jenner. Des idées plutôt troubles passaient dans la tête de Warhol, aussi trouble que leur première rencontre à baiser sur le tapis iranien du salon de Charlie, alors que cette dernière était encore sa petite-amie et qu’elle n’était toujours pas la cousine de Barbie. Maintenant, ils étaient là tous les deux avec Merveille, dans une chambre qui n’était pas la leur, sous le toit d’une femme qu’ils connaissaient à peine, à prévoir des photos de famille sur la tombe de Ian. Comme tous les méfaits du moment de Barbara, celui paraissait bénin une fois qu’elle s’était assez déculpabilisée pour l’appliquer. Comme quand elle s’était convaincu que Cruz avait choisi Chloé plutôt que les So Cool, elle se disait que Ian voulait sûrement les tester, voir si ils pouvaient se débrouiller sans leur argent de poche colossal. Travailler en somme. Bien, ils allaient travailler pour Tinsley. Barbie recommença à s’auto-persuader que pincer Merveille était pour la bonne cause, même si le reste des idées de Warhol était pourri. Hors de question qu’elle s’habille en guenille et encore moins qui foute la petite Merveille à poil. Lui faire couler quelques larmes, pourquoi pas, mais lui enlevait toute dignité quand elle sera plus grande et qu’elle visualisera cette photo était scandaleux. Elle faisait partie du Clan Thomas, pas de celui de la populace.  Elle sortit son iPhone prête à envoyer un sms à Tinsley et se mit à parler comme une femme d’affaire.

- On portera nos habits du dimanche, comme la famille de prolos chez qui on vit le dirait. Hors de question qu’on se fasse passer pour des pauvres et encore moins qu’on exhibe ta fille dans le même état qu'une enfant de rom, dit-elle. Je lui dis 2000$ en plus avec Merveille, 5000$ si elle pleure, expliquait Barbie en tapant le sms à Tinsley.

Warhol la prenait dans les bras pour s’entrainait à pleurer, alors qu’il tapait la pause se voyant déjà sur la tombe de leur défunt papa, Barbie essayait de continuait à taper son sms avec difficulté. Elle avait une calculette dans la tête, elle allait probablement devenir aussi radine que les pauvres. Peut-être serait-ce un atout pour accroitre la fortune qu’elle allait gagner à ses 21 ans.  Radine était un bien grand mot, elle allait sûrement claquer 2000$ dans une vente privée à Toronto où elle était invitée et conserver le reste pour s’acheter de la coke. La drogue et les vêtements hors de prix étaient des choses qu’elle ne pouvait pas justifier à Becca, autant consacrer l’extra qu’allait lui offrir cette paparazzade pour ses petits plaisirs. Elle se dégagea de ses bras et envoya son texto.

- Ma tête contre toi, on ne me verra pas. Je n’ai pas besoin de m’entraîner, dit-elle en revenant à ce que Warhol disait, une fois sa proposition à Tinsley envoyée. La seule qui va pleurer vraiment, c’est la petite Merveille mais on lui achètera une belle robe Fendi pour se faire pardonner, dit-elle en rigolant légèrement pour dédramatiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Mar 23 Sep - 19:23

Heureusement que Barbie était là, elle gérait cette affaire d'une main de maître. On aurait dit une vraie femme d'affaire. Pour le coup, elle ressemblait pas mal à Charlie, les reines de la magouille et des mensonges. Mais Warhol avait peu de morale, surtout quand c'était pour garder son train de vie. Alors Barbie pouvait bien lui proposer n'importe quel plan, vendre n'importe quel cliché d'eux, il était prêt. Bien sûr, il écouta avec attention les conseils de Barbie. En effet, il était or de question que sa Merveille ait l'air d'une clocharde. Après tout, ils avaient perdu leur père, pas leur dignité. Pour 5000 de plus, il était près à pincer Merveille un peu plus fort. Parfois, la petite hurlait tellement fort, et crispait tellement son visage, qu'elle ressemblait à une petite vieille ridée. Après tout, il ne risquait pas grand chose en faisant ça à sa fille, ça ne se saurait même pas, il ne risquait pas la prison pour ça (a).
Warhol fit signe de la tête à Barbie pour lui faire comprendre qu'elle était géniale. Ils allaient s'en mettre pleins les poches et déjà le jeune homme réfléchissait à d'autres techniques pour obtenir du blé aussi facilement sans avoir besoin de se fatiguer ou de tremper dans des affaires louches. Warhol était un consommateur, pas un dealer. Non, il était à la rigueur près à s'afficher au bras de son ex meilleur pote la tapette, histoire de montrer à quel point il était déboussolé depuis la mort de son père. Mais il fallait que le jeu en valle la chandelle.


L'idée d'offrir une robe de luxe à Warhol l'excita à nouveau. Peut-être parce qu'il imaginait en même temps le corps de Charlie dans une magnifique robe de créateur qu'il lui offrira, un jour, pour une de leur énième réconciliation, et cette idée en provoqua une autre dans la tête du jeune homme :

- Oh oui, super elle sera trop contente et je voudrais aussi lui acheter un énorme ours en peluche tout doux et trop mignon. On pourra l'appeler Ian et comme ça, elle aura pas l'impression qu'il est mort ... Tu crois qu'elle a compris d'ailleurs que papa était mort ? Je connais pas trop le niveau d'intelligence d'un bébé ...


Alors que Barbie regardait son téléphone afin de vérifier si elle avait une réponse de Tinsley, Warhol eut à nouveau une idée de génie selon lui et tel un gamin, il s'empressa d'en faire part à Barbie :

- Je pense que Becca m'aime bien, tu crois que si je couche avec elle et que je lui provoque un orgasme identiques à ceux qu'elle a eut avec papa, elle nous laissera gérer nos comptes nous-même ?

Cette idée le replongea dans ses souvenirs avec Ian, quand ils leur arrivaient de comparer leurs conquêtes et leurs prestations sexuelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Mar 23 Sep - 21:10

Warhol était parfois stupide, à vrai dire il l’était assez souvent. Diablement sexy, les muscles bien remplis mais peut-être trop contrairement à son cerveau. Pour ne pas lui faire de la peine, Barbie avait appris à sourire à certaines de ses bêtises et voir même le conforter dans les idées idiotes qu’il pouvait formuler. Comme par exemple se poser la question si un bébé de trois mois se rendait compte de la disparition d’un proche. Avec un sourire bienveillant et réconfortant, Barbie essaya de convaincre Warhol que l’idée d’offrir un ours en peluche prénommé "Ian" à Merveille était formidable.

- Je suis sûre qu’elle sera hyper contente, ce sera comme si il était toujours là.

Barbie aurait aimé que les choses soit aussi simple, par pour Merveille qui évidemment se fichait de savoir où était Ian tant qu’elle avait ses biberons et des couches propres, mais pour Warhol et elle. Même si Ian les avait laissés dans une merde monstrueuse, elle aurait aimé qu’un ours en peluche, qu’elle appellerait "papa", lui fasse oublier la mort de son père. Mais l’avantage avec Warhol était qu’il ne disait pas que des conneries, même si Barbie pensait secrètement qu’il en jouait parfois dans le but de cultiver son personnage. Ce serait quelque chose de géniale pour le problème, si Warhol couchait avec Becca. Vraiment super. Tinsley n’avait toujours pas écrit, elle devait être en train de vider des bouteilles de champagne au Diamant’s Club ou un autre lieu tout aussi select, même si dans le coin celui-là était celui en tête du classement. Barbara fit un violent baisé sur le front de Warhol, en prenant sa tête entre ses mains, comme une mère italienne pour le faire à son fils préféré.

- Tu es parfait, s’enthousiasma Barbie. Tu vas coucher avec elle, elle a cédé à Ian, pourquoi pas toi ? demanda-t-elle sans lui laisser le temps de répondre. On va récolter des preuves, genre un gros plan sur tes coups de reins et on la fera chanter. On aura pas besoin d’attendre nos 21 ans pour être libres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Mer 24 Sep - 17:20

Warhol fut très ému de penser qu'Ian allait être remplacé par un gros nounours dans le cœur de sa fille. D'ailleurs, peut-être s'en achèterait-il un lui aussi, pour les soirs de déprime ...
Mais le petit moment émotion vu vite interrompu par sa folle de sœur qui était en réalité encore plus détraquée que lui. Warhol écouta attentivement le plan machiavélique de Barbie et se mit presque aussitôt à bander. Cette idée était merveilleuse, ou presque. Parce que Warhol avait quand même un certain remord à faire ça à Becca, après tout, c'était un peu une seconde maman, et personne de normalement constitué sur cette terre ne couchait avec sa maman ! Rien que cette idée lui donnait la nausée. Mais en même temps, Barbie n'avait pas tort, et il avait eu l'idée le premier après tout. Mais il ne voulait pas la faire chanter, juste la prendre par les sentiments comme il savait toujours le faire avec les filles, à l'exception de Charlie, of course.


- Oh oui, c'est sûr que je vais la faire craquer, je vais mettre le même parfum que lui comme ça elle aura l'impression de coucher avec son fantôme ! Et au moment où il s'y attendra pas ... tu entreras en jeu et tu la feras chanter !

Il marqua une pause, hésitant. Plus il y réfléchissait et moins cette idée le séduisait. S'il couchait avec Becca, il le fera mais une fois qu'elle ne sera plus sa maman de remplacement. Il n'était plus vraiment chaud pour faire souffrir cette pauvre femme qui au fond, n'avait rien demandé, si ce n'est d'avoir eu le malheur un jour de tomber sous le charme de leur père. Mais Warhol avait conscience que s'il voulait rester une star et surtout vivre comme une star, il devait obligatoirement retrouver l'accès en open bar à ses comptes. Et pourquoi pas tout simplement échanger les rôles ? Barbie coucherait, et Warhol filmerait. Ca le changerait un peu à vrai dire.

- Non non Barbara, j'ai une meilleure idée, et moins malsaine. On va échanger les rôles ! C'est toi qui va donner un peu de ta personne et moi je ferai le reste. Je ne veux pas blesser Becca !

Bien entendu, Warhol n'entendait pas par échanger les rôles que Barbie couche avec Becca mais bien avec son mari. Il avait même déjà un scénario dans sa tête issu d'un film porno qu'il avait visionné un soir avec Cruz. Barbie n'aurait qu'à menacer de porter plainte pour viol et de tout dire à Becca, et le tour était joué ... ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Mer 24 Sep - 20:45


L’idée du parfum était cool, Warhol avait raison. Becca devait être tellement sotte que rien que l’odeur de Ian sur un sdf pourrait la faire succomber. Elle afficha un grand sourire, contente de voir que Warhol avait l’impression de se sentir investi par une mission divine. Pendant qu’il la prendrait, elle pensant être à l’abri des regards indiscrets, lui se déchargeant comme d’habitude avec plaisir, Barbie arriverait. IPhone à la main, filmant les infidélités de Becca et la menaçant tout sourire de tout balancer à Ryan si jamais elle ne se pliait pas aux volontés des Thomas, après tout elle devait avoir l’habitude de se mettre en quatre pour le clan. Elle pouvait faire confiance à son complice, il sera parfait pour le rôle. Cependant, elle déchanta vite quand son faux-frère lui proposa de faire l’inverse. Elle ne savait pas si il avait la folie de penser qu’elle pourrait mettre Becca dans son lit ou alors le mari. Mais c’était hors de question, d’une part Becca n’était pas lesbienne, elle aurait plus l’air stupide qu’autre chose de la draguer et ça la décrédibiliserait fortement. Et coucher avec Ryan n’avait aucun intérêt, il n’était pas leur tuteur. Agacée son visage se crispa, il était en train de souffler le chaud et le froid en s’emballant pour son idée, avant d’en proposer une débile et hors sujet.

- Becca n’est pas gouine, dit-elle sèchement. Et si tu parles de Ryan, il n’est pas notre tuteur et tu as sûrement plus envie de baiser avec l’un deux, que moi. Elle fait un signe de la main pour clore la conversation. On en reparle demain, on a le temps.

Se rendant compte qu’elle avait été dure avec lui, elle lui fit un petit sourire gêné tout de suite après sa tirade. Elle ne voulait pas devenir comme Charlie, cette salope lui avait fait dire des horreurs à Cruz aujourd’hui et même si elle en pensait certaines, il était hors de question qu’elle assume ses mots pleinement. Elle se leva de son lit pour aller s’assoir à côté de Warhol et posa sa tête comme une jeune nymphe dans le creux de son cou, avant de prendre la voix d’une petite fille blessée et lui caresser le torse de sa main fine. Charlie voulait qu’elle devienne comme elle, ce le sera en entier et ça commencera par Warhol. Elle pouvait lui mettre tous les garçons qui l’écoutaient encore à dos, mais sûrement pas un qu’elle avait traîné dans la boue il y a peu. Elle allait devenir la même salope que Charlie Thomas, si ça plaisait à sa cousine. Elle connaissait assez bien sa cousine pour savoir le secret de l’asservissement de Warhol, lui promettre monts et merveilles, souffler le chaud et le froid, mais toujours plus le froid que le chaud en bout de course.

- Charlie a été odieuse avec Cruz à midi, dit-elle de sa voix de biche effarouchée. Kennedy devenait un problème, Cruz a failli la larguer pour nous mais Charlie a continué de l'écraser comme une vulgaire mouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Mer 24 Sep - 21:24

Warhol boudait. Décidément, Barbie était aussi rabat-joie que Charlie. Il fallait toujours que tout aille dans son sens à elle. Pourquoi ne se sacrifiait-elle pas, elle aussi ? Et puis même si Warhol n'avait pas pensé à tout, il restait persuadé que si Barbie couchait avec Ryan, ils arriveraient à récupérer leurs sous, d'une façon ou d'une autre. Mais il n'eut pas droit au chapitre, Barbie s'empressa de clore la conversation. Exactement comme l'aurait fait sa cousine, à la différence près que Charlie lui aurait cloué le bec en lui enfouissant sa langue dans le fond de sa bouche.
Le So Cool allait se retourner dans son petit lit pour s'endormir quand Barbie vint le rejoindre. Avait-elle des remords ? Warhol continua d'afficher une légère moue, quand même, et profita du plaisir que lui procurait sa sœur adoptive en lui caressant le torse. Après tout, il n'était pas contre un peu d'affection.
Barbie lui raconta le déjeuner de ce midi à la cafet. Warhol avait volontairement jeuner pour ne pas croiser Charlie. La douleur était encore trop fraîche, et il avait sa fierté. Il préférait faire comme si de rien n'était et provoquer le manque chez son ex petite amie. Ce que lui racontait Barbie semblait surréaliste. Décidément, Charlie allait vraiment mal en ce moment. Comment pouvait-elle s'en prendre à Cruz ? Ils étaient comme les 3 mousquetaires avant tous les trois. Ok, Cruz sortait avec le petit peuple, mais Warhol lui avait pardonné, après tout c'était son meilleur ami.
Warhol caressa à son tour mécaniquement la peau blanche de Barbie. Ils étaient mignons tous les deux sur ce micro lit. Il attendit qu'elle ait terminé de lui expliquer ce qu'il s'était passé et dit :


- Pauvre Cruz ... même si il est complètement con de sortir avec cette nana, il ne mérite pas ça ! Tu as pris sa défense j'espère ?

Il se serra un peu plus contre Barbie et continua

- Avec moi aussi elle a été odieuse. Je sais pas si tu sais pas ... en fait, je crois que c'est définitivement fini, nous deux ...

Warhol se força à ne pas verser la moindre larme devant Barbie. Qu'il pleure pour la mort de leur regretté père, ok. Pas pour Charlie Thomas. Pas en public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Mer 24 Sep - 21:46


Barbie fut un peu surprise qu’il lui demande si elle avait défendu Cruz. Elle aurait dû se douter qu’il lui demanderait. Elle ne l’avait absolument pas défendu et Charlie lui avait même attribué la décision de ce bannissement devant Cruz. Barbara ne s’en était pas défendue, puisque même si c’était sa cousine qui avait tranché en privé, Barbie était celle qui l’avait annoncé et au fond d’elle, elle trouvait cette punition légitime. Elle avait la rancune tenace, Cruzoé l’avait excédé et elle en avait marre de courir après Cruz. Dans son for intérieur, elle jubilait de ce qui lui arrivait même si elle aurait préféré que Charlie soit moins salope avec. Les sentiments qu’elle éprouvait pour Cruz -qu’elle avait constaté à sens unique à l’hôtel Hilton- lui donnaient encore un peu de pitié pour lui, mais ils l’avaient rendu hargneuse aussi et réveillaient en elle un côté vengeur. Ce même côté vengeur qu’elle éprouvait pour Charlie après leur histoire commune et l’agaçante façon que sa cousine avait de régir sa vie, ce côté vengeur qui la poussait à allumer discrètement Warhol pour le mettre dans sa poche et faire rager Charlie. Ce même côté vengeur qui lui fit poser son index sur les lèvres de son faux-frère pour les caresser du bout des doigts, l’air de rien mais avec un but beaucoup plus profond.

- Cruz n’a pas toujours été correct avec moi depuis qu’on a rompu et qu’il s’est mis en couple avec Chloé, dit-elle un peu amère.

Warhol comprendrait ce qu’il veut mais elle n’aurait plus à se justifier de ne pas avoir défendu Cruz et avoir été tout aussi salope que Charlie ce midi à la table des So Coo. L’ex petit-ami de sa cousine lui faisait de la peine et son câlin en devenait presque sincère, mais Barbara n’oubliait pas le but de cette manœuvre pour autant. Elle colla son front contre le visage de Warhol à quelques centimètres de sa bouche, comme pour lui évoquer un moment de communion dans ce réconfort mutuel, profitant de sa faiblesse momentanée.

- C’est un mal pour un bien, elle sort avec Ugo maintenant, annonça-t-elle pour fragiliser un peu plus Warhol, sur un ton de condoléances. Elle ne te méritait pas, elle ne t’a jamais considérer comme tu devais l’être. Elle posa ses lèvres sur celles de Warhol, le temps d’une demi seconde, puis se retira brusquement. Non… Désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Ven 26 Sep - 15:10

Warhol n'avait jamais été proche de Barbie, du moins, il n'avait jamais trop suivi avec attention ses histoires de cœur et de cul, bien trop occupé avec les siennes. Il était un peu plus au courant de celles de son meilleur pote, mais Cruz avait toujours été très vague par rapport à elle. Et vu que Warhol n'avait pas le QI d'un génie, il n'avait pas cherché plus loin à comprendre les relations entre eux. Tout ce qui lui importait, à l'époque, c'était d'être à la merci de Charlie, d'éjaculer en elle et sur elle à chaque fois qu'elle le demandait, ou qu'il en avait envie, ou qu'ils se réconciliaient après être allé voir ailleurs. Mais tout ça lui paraissait très loin maintenant, et il écouta avec attention ce que lui disait Barbie, et il mit même quelques neurones en marche histoire de pouvoir faire des déductions pas trop idiotes pour une fois. Il était en train de caresser - sans aucune arrière pensée (a) - la poitrine de Barbie, quand il réalisa ce qu'il était en train de faire et que si jamais Becca entrait par surprise dans la chambre pour leur souhaiter bonne nuit, elle risquerait de faire une crise cardiaque en voyant un faux frère et une fausse sœur se tripoter. Il s'arrêta donc net et répondit à sa sœur :

- Merde, je savais pas que c'était sérieux pour toi ... je pensais pas que tu avais eu des sentiments pour lui ... Décidément ... Enfin, j'comprends ta réaction, t'en fais pas ...

Il était ami avec Cruz, mais il trouvait que sur ce coup, il avait merdé, surtout depuis qu'il s'était donné comme mission de protéger Barbara des gars comme lui. Il verrait plus tard ce qu'il pourrait faire pour son pote.
Warhol aussi avait des putains de sentiments pour Charlie et elle lui avait arraché à vif son cœur quand elle lui avait refusé l'exclusivité et mit un terme à autant d'année d'amour, de baise et de tromperies. Barbie était adorable à prendre sa défense, elle qui avait toujours été le double de Charlie, toujours avec elle dans les moindres coups foirés de sa cousine. Pour une fois, elle considérait Warhol.
Quand il entendit sa sœur prononcer le nom d'Ugo, Warhol regarda Barbie comme si elle avait eu un énorme bouton au milieu de son visage angélique. Ugo ? Charlie l'avait plaqué pour Ugo ? Pire, elle avait des sentiments pour lui ? Il ne pouvait pas le croire. Warhol Empire n'avait jamais rien eu contre ce petit mais justement, il avait toujours été le petit frère noir de Cruz, la tête bouclée à chambrer et à emmerder quelque soit l'occasion. Il était inoffensif ... mais la donne avait changé et Warhol risquait de ne pas garder son calme la prochaine fois qu'il croiserait Preston junior.
Il avala sa salive avec difficulté, une grosse boule au fond de la gorge et dit :


- Elle m'a quitté quand je lui ai demandé qu'on arrête d'être infidèles ... A croire qu'on est plus sur la même longueur toi et moi finalement que ces deux crèvent cœur ...

Et à peine eut il finit sa phrase qu'il sentit les lèvres sucrées et chaudes de Barbie sur les siennes qui s'enflammèrent aussitôt. Elle n'avait pas à être désolée. Il avait aimé ça. Mais pour la première fois, il ne sut pas comment réagir. Ca aurait été n'importe quelle fille, il aurait prolongé ce baiser en engouffrant sa langue à l'intérieur de sa bouche et l'aurait déshabillé sur le champ pour la prendre dans toutes les positions. Mais là, ce n'était pas n'importe quelle fille ...

- Ne ... ne sois pas désolée ...
Il se mordit la lèvre et timidement lui rendit son baiser, un tout petit baiser timide. C'était très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Sam 27 Sep - 0:25

Barbara et Cruz sérieux, elle l’aurait apprécié. Si leur histoire avait commencé pour une simple course à la popularité, elle avait fini par s’attacher à lui. Elle avait toujours pris son parti, l’avait défendu et continuait de le voir alors que sa cousine lui interdisait. Barbara avait toujours été fidèle à Cruz, car elle avait toujours espéré qu’il la désire autrement, qu’il eut envie d’elle comme il avait envie de cette Chloé Kennedy. Jusqu’au dernier moment, jusqu’au moment où elle avait mis sa fierté de côté en lui avouant qu’elle aurait aimé qu’il soit toujours près d’elle. Mais elle avait pris une douche froide, quoique Cruz avait conservé sa tendresse à son égard mais Barbara était lassée d’attendre. Elle en avait marre de le voir, impuissante, dans les bras de Chloé et de constater qu’ils étaient comme deux aimants, bravant avec force toutes les embuches qui se trouvaient sur le chemin de leur couple. Barbara n’était pas des plus élitiste, elle aimait les codes de leur rang mais ne les honorer pas toujours, Mika et Moke parmi d’autres en témoignaient. Au-delà de ses sentiments, elle désapprouvait aussi l’aspect mixte de la relation que Cruz entretenait avec Kennedy. Toutes ces choses les unes dans les autres l’avaient motivé à le lâcher, jusqu’à l’espérer destituer de son titre de So Cool. Elle n’aurait plus à se justifier dans son rôle dans la kabbale contre Cruz, les choses étaient dites avec plus ou moins de non-dits.

Barbie était tout autant ahurie que Warhol, d’apprendre que ce dernier avait demandé à Charlie d’être fidèle, qu’il l’avait été en comprenant que Barbie attendait plus de Cruz qu’elle n’en laissait paraître à l’époque. Elle était presque touchée, elle n’avait jamais vraiment envisagé qu’il puisse être sentimental comme il le démontrait à présent. Elle lui fit un sourire compatissant, qui n’était pas calculé mais vraiment sincère. Puis quand il lui dit de ne pas être désolé, qu’il lui rendit son baiser et qu’il lui dit que c’était agréable, Barbie sentit une vague de panique s’emparait de son corps mais qu’elle fit le nécessaire pour ne pas laisser paraître. Elle s’immobilisa quelques secondes la bouche entrouverte. Être aussi garce que Charlie avait dû l’être avec Warhol depuis si longtemps, en soufflant le chaud et le froid, n’était pas aussi facile qu’elle le pensait. Barbara avait envie de s’en tenir à son programme initial, mais elle était aussi partagée par une furieuse envie de lui donner un baiser encore plus téméraire que ces petits bisous d’enfants qu’ils s’étaient donné. Ne sachant pas quoi penser, ni quoi faire, elle prit la main de son faux frère pour la baiser.

- Bonne nuit, Warhol, dit-elle calmement en regagnant son lit.

Si elle était sûre de continuer sur le chemin qu’elle avait choisi pour faire rager sa cousine, elle pourrait reprendre où ils s’étaient arrêtés. Si au contraire, elle n’était pas encore assez sans cœur pour jouer dans la cour de Charlie et qu’elle était envahie par une trop grosse compassion, lui empêchant de donner quoique ce soit à Warhol sans motivations sincères, elle s’était arrêtée au bon moment, du moins elle l’espérait. La lumière à nouveau éteinte dans la chambre, elle fit une recommandation à son voisin, tendant machinalement sa main vers le lit de son interlocuteur.

- Ne t’en prends pas Ugo, c’est un connard fini je trouve, mais ce n’est pas lui qui t’a brisé le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Sam 27 Sep - 8:24

Warhol avait l'impression que la mort d'Ian avait changé plus de choses qu'il ne le pensait. En plus d'être désormais sous la tutelle d'une femme qu'il connaissait à peine, de dormir dans un lit d'enfant sage et qu'il ne pourrait plus claquer sa thune comme bon lui semblait, pour se payer des lignes de coke ou des hôtels de luxe pour batifoler avec Charlie, voilà qu'il vivait une nouvelle expérience surréaliste avec Barbie. Si monter un plan machiavélique avec elle ne l'avait pas surpris le moins du monde, car c'était le genre de chose que lui et Charlie auraient pu faire ensemble, avoir une discussion aussi sérieuse et passionnée le laissait songeur. Mais moins que ce qu'il se passait entre eux, sexuellement parlant.
Les deux enfants d'Ian n'avaient couché qu'une fois ensemble, et dans un contexte si particulier, sous les ordres de Charlie et complétement défoncé, que Warhol n'avait jamais considéré Barbie comme une de ses nombreuses conquêtes. Et quand en plus, elle était devenue sa sœur, Warhol avait tout simplement arrêté de voir en elle une femelle avec qui il pourrait s'envoyer en l'air, car Warhol avait une morale sans faille envers les relations intrafamiliales, ou presque si on mettait de côté le fait qu'il était en couple depuis des années avec sa presque cousine.
Mais Barbie avait une façon si naturelle de réveiller son désir pour elle, qu'il en perdait son latin - même s'il n'avait jamais pris un seul cours de latin de sa vie, nous sommes d'accord -. Elle était à la fois si proche et distante. Warhol adorait ce genre de technique pour l'émoustiller. Mais quand la jeune fille lui souhaita bonne nuit et éteignit la lumière, il ferma les yeux de déception, comprenant que ce soir, il allait dormir sur la béquille.


- Bonne nuit, murmura-t-il à demi mots pour cacher sa frustration.

Et alors qu'il essayait de calmer la tension sexuelle qui était en lui, il sentit la main de Barbara s'approcher de lui. Cette nana était déconcertante. Et en plus, elle était gentille et attentionnée. De quoi perturber Warhol encore plus qu'il ne l'était déjà. Il attrapa la main de sa sœur qu'il caressa tout doucement.

- Je sais, mais jamais je ne pourrais faire de mal à Charlie. Je l'aimerais toujours et serais toujours loyal ... Un peu comme toi envers elle ... après tout tu es un peu son Warhol au féminin.

Jusqu'à présent, il avait souvent été jaloux de la relation entre les deux cousines, mais là, il se mit à rire à cette idée. Il caressa toujours sa main, C'était à la fois rassurant et excitant, surtout dans le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Dim 28 Sep - 12:10

Le visage de Barbara se crispa quand il dit qu’elle était le Warhol au féminin de Charlie. S’il savait à quel point il avait raison, rien de ce que faisaient Warhol et Charlie que les deux cousines n’avaient pas fait. Jusqu’à tester leurs sensibilités sexuelles à l’aide de tout un tas de jeux érotiques. Mon dieu, elle s’était tellement moqué de Charlie qui sortait avec son presque cousin, alors qu’elles étaient toutes les deux de vraies cousines et que maintenant Barbara allumait son presque frère. Que le temps passait vite. Barbara trouvait Warhol adorable, mais ce qu’il oubliait de préciser dans leur similitude commune était qu’elle se fichait de blesser Charlie, c’était leur jeu. Leur relation, que ce soit avant ou après l’inceste, avait toujours été rythmé par l’envie de se faire du mal pour regretter ensuite des paroles trop sévères, se réconcilier et recommencer sans pitié. Mais elle ne doutait pas qu’elle aimait Charlie tout autant que son faux frère, sauf qu’elle était peut-être moins naïve et soumise que lui.

- Je te dis pas de la battre, juste de lui montrer que tu n’es pas son chien et de ne pas accusé cet abruti d’Ugo de votre rupture, se justifia-t-elle. C’est Charlie qui l’a décidé.

Sur ces derniers mots, Barbara accentua une pression sur la main de Warhol, le caressant du bout de de son pousse. Si elle avait eu un pénis, elle aurait sûrement bandé comme une folle à cet instant. Dans le noir, sentir la main viril de Warhol contre la sienne, laisser aller son imagination a bien des perversités.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Dim 28 Sep - 18:53

Warhol et Charlie n'en étaient pas à leur première rupture, mais celle-ci avait un goût amer pour Warhol et surtout était différente. Selon lui, cette rupture était définitive. Tout le poussait à ne plus jamais adresser la parole à sa demie-cousine, même si ça allait être compliqué, surtout depuis que son père s'était donné la mort. S'il voulait découvrir ce qu'il s'était passé, il savait qu'il aurait besoin de Charlie, car elle avait l'esprit plus vif que lui et qu'elle serait parfaite pour l'aider à jouer au détective. Mais ils en resteraient là. Warhol avait sa fierté, et même si d'ordinaire, il n'était pas du genre à réclamer une quelconque exclusivité à Charlie, là, le fait d'avoir appris qu'il y en avait un autre, mais surtout un pour qui elle avait des putains de sentiments, il ne pouvait pas lui pardonner. Il attendrait qu'elle revienne, un point c'est tout. Et en attendant, il sauterait tout ce qui bouge et qui a un vagin mouillé. Sauf sa sœur, bien sûr. Et Billie car elle était déjà en cloque.

- Et moi j'ai décidé de ne plus l'aimer. Enfin d'essayer.

Warhol n'était pas du genre romantique, mais il devait reconnaître qu'il avait Charlie dans la peau. Gravée à vif dans la peau, et en ce moment, la cicatrice lui faisait mal. Mais pas autant que son sexe qui ne pouvait plus résister une seconde aux tensions sexuelles qui flottaient dans l'air de cette chambre. Barbie le faisait littéralement craquer à lui caresser ainsi la main. Il déglutit, cherchant à se maîtriser, mais il n'y arrivait pas. Très calmement, et toujours en caressant la main de Barbie, il luit dit :

- Barbara, il faut que je t'avoue que tu me fais carrément bander là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Dim 28 Sep - 19:16


Il allait pleuvoir du foutre sur Degrassi : Warhol avait décidé de ne plus aimer Charlie. Barbara s’en réjouissait dans le noir, elle sentit ses lèvres s’étiraient. Bien sûr, il l’avait juste décidé, il ne s’arrêterait probablement pas. Mais l’ancien Warhol, aussi impulsif était-il, n’aurait jamais décrété une telle chose à voix haute. Cependant elle ne répondit rien, de toute façon il avait déjà changé de sujet pour lui faire part de son érection. Cette révélation lui donnait assez chaud pour faire glisser sa petite culotte assortie sa nuisette le long de ses jambes et la laisser au fond de son lit. Sans un mot, elle se leva et grimpa à califourchon sur Warhol, seulement la couette et le boxer de son faux frère séparaient leurs peaux. Elle se pencha directement sur lui, laissant ses cheveux longs le chatouillaient et l’embrassa sensuellement dans le cou.

- Je te comprends, dit-elle après son baiser. Tu ne me laisses pas insensible non plus.

Elle prit la même main qu’elle caressait quelques instants plus tôt et  lui dessina un chemin qui parcourait tout le long de sa nuisette La Perla, de sa poitrine, son ventre plat, jusqu’à ses fesses nues. Si elle l’excitait assez, il serait peut-être enclin à aller chercher un verre d’eau, croiser Becca et glisser par inadvertance dans son vagin, ou un truc comme ça. Et si il n’était toujours pas assez chaud pour mettre ce plan à exécution, elle pourrait le refroidir gentiment à la manière de Charlie, le rendre assez dingue pour qu’il voit en elle une remplaçante et faire hurler sa conasse de cousine qui l’avait mise au pied du mur ce midi à la cafeteria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Dim 28 Sep - 19:43

Le sexe durcit de Warhol ne demandait qu'à traverser la couette et à éjaculer au visage de Barbie après l'avoir bien entendu honoré de plusieurs va et viens dans son vagin humide. Bien sûr, il devrait ensuite expliquer aux Cooper pourquoi les draps étaient souillés et déchirés, mais Barbie le rendait trop fou pour qu'il puisse penser à tout ça maintenant. Il ne pensait qu'à se soulager. Pour oublier la mort de son père, sa nouvelle cohabitation avec les Cooper et sa rupture avec la Queen des salopes.
Warhol s'en voulait de désirer autant le corps de sa petite sœur. Mais il se dit que ça pouvait bien arriver une fois. Enfin, une seconde fois. La première ne comptait pas entièrement, il ne savait rien de ses liens familiaux avec Barbie, et puis, c'était plus un jeu pour faire plaisir à Charlie. Là, Charlie n'était pas dans la partie, ils feraient ça dans son dos, et ça le ferait jouir encore plus. Papa Ian comprendrait bien cet acte déplacé. C'était juste pour une fois, pour se réconforter mutuelle de tous leurs malheurs. Cruz et Charlie. Et tout le reste.
Et puis, c'était trop tard, Barbie était déjà à califourchon sur elle. Il n'allait pas résister bien longtemps. Foutue couette. Il fallait qu'il la dégage rapidement afin que son sexe puisse entrer en contact avec celui de Barbara. D'autant plus quand il sentit, guidé par sa sœur, qu'elle n'avait plus de petite culotte. Peut-être était-elle déjà mouillée d'ailleurs. Fou d'excitation, il pelota les fesses maigrichonnes de Barbie. L'image de Charlie apparut alors immédiatement dans sa tête. Elle le regardait avec ses yeux assassin. Il essaya de chasser cette horrible image de son esprit et se concentra sur sa partie de jambes en l'air avec Barbie.
Il fit voler la couette, et en profita pour prendre le dessus, renversant le corps de Barbara. Il pencha son corps musclé et chaud contre le sien et commença à l'embrasser dans le coup, puis à lui mordiller les tétons. A nouveau, l'image de Charlie en colère lui revenait en pleine face. Warhol se stoppa dans son élan et regarda Barbie, en étant à son tour à califourchon sur elle.


- Putain, on peut pas faire ça Babe, Charlie va nous tuer.

Son sexe lui faisait mal. Il avait envie de pénétrer Barbie, sa chatte lui criant "prends moi !".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Dim 28 Sep - 20:04

Comme une bête de sexe, Warhol les libéra de la couette qui les séparait et échangea les rôles. Il était à présent sur elle. Ses baisers et autres cajoleries, notamment sur le bout de ses seins, lui donnaient extrêmement chaud. Qui était pris qui croyait prendre et ce sans vilain jeu de mot. Elle n’était plus du tout objective sous le corps vigoureux de Warhol, non seulement elle n’était plus dans la position dominante donc largement vulnérable et en plus son frère, faux frère, nouveau frère peu importe lui donnait envie de beaucoup plus que d’assouvir ses désirs de vengeance. Il fallait que ça s’arrête. Yahvé l’avait exaucé dans la seconde où elle l’avait espéré. Sauf qu’elle ne l’avait pas voulu comme ça, Warhol aurait pu parler de remord de faire des saloperies avec la fille de son père adoptif ou d’autres choses plus touchantes qui serviraient Barbie, mais sa seule excuse était toujours Charlie. Barbara caressa son torse, un peu lasse et toujours prise au piège par ses cuisses musclées de basketteur.

- Charlie peut tout nous faire subir, mais nous on doit se contenter d’être dans son ombre et attendre ses ordres ? lui demanda-t-elle en continuant ses caresses et descendant dangereusement vers la bosse de Warhol, effleurant son boxer. Alors, je ne suis pas une Warhol au féminin comme tu l’as laissé sous-entendre, répondit-elle à sa propre question en stoppant brutalement ses caresses. Je suis libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Dim 28 Sep - 20:35

Barbie était une horrible tentatrice. Il aurait tant aimé qu'elle s'éloigne de lui, sage. Il aurait tant aimé qu'elle soit plus forte que lui et qu'elle mette un terme à cette relation si étrange entre un faux frère et une fausse sœur. Au lieu de ça, elle lui faisait la morale tout en continuant à le caresser, le tripoter, l'exciter au point que Warhol faillit gémir de plaisir quand elle stoppa net ses caresses sur son sexe. Ne prenant alors pas la peine de répondre à Barbara, il retira son boxer qu'il envoya valser à l'autre bout de la pièce. Il espéra qu'il ne l'avait pas jeter sur la tête de Merveille, de peur qu'elle ne meurt étouffée.
Elle avait foutrement raison. Ils n'étaient pas les marionnettes de Thomas. Et Warhol n'avait jusque là jamais culpabilisé en forniquant à droite à gauche. Ce n'était pas ce soir qu'il allait flancher. Il ne faisait rien de mal, il ne faisait que donner du plaisir à une orpheline qui venait de devenir pauvre, dans les deux sens du terme. Charlie pouvait bien aller se faire foutre chez Ugo.
Désormais entièrement nu, si la lumière avait été allumée, Barbie aurait pu admirer la magnifique et parfaite érection de son frère. A tâtons, avec sa langue, il parcourut le corps de Barbie en partant de sa poitrine pour arriver jusqu'à ses lèvres, celles du bas. Là, il chercha à se frayer un passage à l'entrée de son vagin à l'aide de sa langue chaude et humide. Il voulait la faire jouir au point de réveiller toute la maison Cooper - à l'exception de Merveille, parce qu'il n'avait pas envie de passer des heures à la rendormir -, et voir jaillir d'elle une source de plaisir.
Warhol remonta alors le long de son corps, tout en la caressant, il était toujours sur elle et la pénétra d'un coup de rein de professionnel. Ca y est, le pas était franchi, il était en elle.


- T'as raison, on est bien mieux sans elle ce soir. Elle ne sait pas ce qu'elle loupe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Lil Cupcake Princess ☆ A Chaotic & Beautiful Wonderland.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/12/2008
• MESSAGES : 775

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   Dim 28 Sep - 20:55


A peine avait-elle finit sa tirade et ses tentatives de manipulations, que Warhol avait fait volé son boxer. Elle sentit sa langue parcourir tout son corps. La bave était toujours une chose dégueulasse en général, mais dans un moment pareil elle était supra excitante, à un point que Barbara frissonnait de sentir Warhol parcourir tout son corps avec sa langue. Mais quand il descendit plus bas et qu’il commença à lui lécher les lèvres (je vais vomir, je reviens), ses yeux se fermèrent et elle se mordit la lèvre inférieur de sa bouche, oui car elle n’était pas assez contorsionniste pour accompagne Warhol dans sa besogne. A l’aide de sa jambe, elle fit pression sur la tête de Warhol pour sentir son jeu de langue encore plus. Il était doué, presque aussi doué que son ex petit-amie. A cette pensée, Barbie eut envie de rire nerveusement mais se retint, est-ce que tout le monde couchait ensemble au lycée ? Puis Warhol remonta son corps petit à petit et la pénétra directement. Barbie n’en pouvait plus, elle était faible et s’en voulait de ne pas l’avoir vu venir. Maintenant qu’il était en elle, elle voulait ses vas et viens, alors qu’à la base elle voulait seulement tenter de l’asservir, maintenant c’était elle qui était en position de faiblesse. Même si Warhol n’avait sûrement pas l’esprit aussi tordu pour voir les choses de la même manière. La bouche entrouverte surprise, elle se reprit et l’avança vers Warhol pour l’embrasser sauvagement en enfonçant un peu ses ongles dans son dos. C’était si bon, mais … non.

- Arrête s’il te plait, dit-elle en l’implorant légèrement un peu haletante à cause de l’excitation. Tu as raison, c’est mal. Pas par rapport à Charlie, mais …

Ne sachant pas trop quoi ajouter, elle déposa un baiser sur le torse de Warhol qui était arrêté mais toujours en elle et resta contre lui en l’écoutant. A contre-coeur, elle finirait par le frustrer finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The simple life [Warhol]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The simple life [Warhol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One day, I shall come back - Degrassi RPG ::  :: Middle East :: Les habitations-