AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perfect Like A Diamond Princess :: I'm just a little Bossy.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 02/05/2008
• MESSAGES : 1699
• LOCALISATION : Au sommet.
• I-POD : Bossy - Lindsay Lohan
• HUMEUR : Exécrable. Vous vous attendiez à quoi ? Lesbienne, peut-être ?

MessageSujet: Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]   Dim 2 Nov - 13:32

La solitude venait d'envahir la maison de Charlie quand son père Jimmy en sortit. Elle s'alluma une Merit qu'elle avait trouvé dans un paquet de clope qui datait de l'époque où elle et Cammie trouvaient ça cool de se défoncer les poumons et d'attraper un cancer de la gorge. C'était il y a quatre ans et les cigarettes puaient la nostalgie de cette époque révolue. Assise dans son rocking chair en face de la fenêtre, Charlie ne pouvait pas détourner son regard de l'immense affiche placardée à quelques mètres et qui montrait son Warhol en train de tripoter une vieille de quarante ans. Ca lui mettait la gerbe de les voir là, aggriper l'un à l'autre, torse et poitrine nus en jean brut comme si ils posaient pour une publicité Levis. Elle avait d'ailleurs dégueler à plusieurs reprises jusqu'à ce que sa gorge lui demande grâce. Charlie avait tenté de contacter pour lui faire partager ses déboires mais elle tombait toujours sur sa messagerie et elle le soupçonnait de ne pas décrocher pour ne pas lui parler. Reine Charlie avait elle chutée ? L'adolescente redonna l'impulsion à son fauteuil pour basculer d'avant en arrière. Elle éteignit la fin de sa cigarette dans son cendrier avant de se diriger vers sa salle de pain pour essayer de retrouver ses esprits et sa rage de vaincre et de réussir. Son corps purifié par des milliers de gouttes d'eau, Charlie se redressa et attrapa dans son dressing son trench coat Vanessa Bruno, celui qui s'entendait bon Jade même si elle refusait de l'admettre. Charlie quitta sa chambre après avoir appelé un taxi qui la déposait quelques minutes plus tard devant chez Warhol. Elle caressa sa joue sans un mot avant de monter dans sa chambre en marchant quasiement au ralenti pour qu'il puisse admirer sa démarche chaloupée. Une fois dans la garçonnière de son petit ami, Charlie ouvrit enfin la bouche.

- Bonsoir.

Charlie avait fait exprès de prendre une voix feutrée pour ajouter au mystère et à l'excitation qu'elle tentait de mettre en place. Elle dénoua les pans de son trench coat et le laissa tomber sur le soleil. Hormis ses escarpins Louboutins, elle ne portait rien. Elle frissonna légèrement ses yeux bleus rivés dans ceux de Warhol. Un sourire de satisfaction naquit sur ses lèvres recouvertes d'un rouge à lèvre aux tons rouges passions. Elle dénoua ses cheveux avant de s'adresser à Warhol qui restait interdit.

- Tu viens ou je dois aller te chercher ?

_________________
Arthurimbaud & Ugostein
Boy, don't hurt your brain thinking what you're gonna say cause everything's a game© .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]   Lun 10 Nov - 0:09

Warhol avait comaté toute la journée. Il était fatigué de baiser. Il n'en pouvait plus. Certes, ça avait du bon, et il adorait ça, mais il lui arrivait parfois de se sentir blasé par la baise. En fait, il avait tellement envie de se taper SA PETITE AMIE OFFICIELLE, qu'il trouvait les autres filles totalement fades et à chaque fois, s'il finissait par les sauter, c'était uniquement par habitude, ou pire, par réflexe physiologique ... il suffisait qu'on astique un peu son tuyau pour qu'il se produise ce qui finissait toujours par se produire : un coït !
La veille, ou plutôt la nuit qui venait de passer, il avait participé au dépucelage d'une jeune fille rencontrée un peu plus tôt complètement bourrées dans un bar de la ville. Cela avait une partie de jeu d'enfant pour Warhol que de la reconduire chez elle, et son charme légendaire faisant le reste, la pucelle s'était littérallement jetée sur sa bite. Pour la remercier, Warhol en avait fait de même sur son clito et autres parties de son corps. Mais une fois la chose faite, il avait réalisé que cette gamine n'était pas Charlie. Qu'elle n'avait rien de Charlie. Ni sa beauté, ni son élégance, ni son sex appeal, ni son intelligence, son sens de l'humour. Bref, cette fille était une sous-merde, et il quitta sa chambre qui puait la vierge dépucellée avant même que cette dernière ne se réveille.
Le reste de la journée était passé à une vitesse folle, Warhol passant du canapé à l'ordi, et de l'ordi au canapé en une fraction de seconde. Mais même tchatter avec des filles chaudes à point ne lui redonnait pas le sourire
Mais la journée de Warhol allait prendre une toute autre tournure quand il entendit quelqu'un sonner, et qu'il vit qu'il s'agissait justement de sa petite amie qu'il avait envie d'enfin baiser. Il était surpris de sa surprise, à tel point qu'il avait du mal à réagir. Charlie semblait de bonne humeur, et très en forme. Elle lui passa sous le nez après lui avoir caressé la joue au passage, ce qui réveilla soudainement tous les sens du serial fuckeur. Il finit donc par la suivre, et fut on ne peut plus choqué de voir sa petite amie se retrouver totalement nue - à l'exception d'une sublime paire d'escarpin - devant lui, le regardant avec un regard à en tomber par terre. Warhol lui restait bouche bée, devant Charlie qui venait de lui offrir la plus belle chose de toute sa vie de baiseur professionnel : il ne lui manquait plus que le corps de sa petite amie. Mais contre toute attente, il ne lui sauta pas immédiatement dessus, et dû se faire rappeler à l'ordre par Charlie.
Une fois la question posée, Warhol, avec son sourire de demi dieu accroché aux lèvres, s'avança vers Charlie, et se colla à son corps, l'embrassant passionnément, à pleine bouche, et la poussant tout doucement vers le lit, pour pouvoir l'allonger et la baiser.
Alors qu'il commençait à être chaud bouillant, il se produisit toutefois quelque chose qui ne lui était jamais arrivé : il s'arrêta net. Il se redressa et s'assit sur le lit, à côté de Charlie qui le regardait étonnée :


- On ne peut pas faire ça comme ça ... Tu ... tu mérites mieux ... je veux que ce soit ... plus romantique.

Romantique ? Vraiment, Warhol Empire pouvait-il se montrer romantique dans sa façon de baiser ? Humm ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perfect Like A Diamond Princess :: I'm just a little Bossy.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 02/05/2008
• MESSAGES : 1699
• LOCALISATION : Au sommet.
• I-POD : Bossy - Lindsay Lohan
• HUMEUR : Exécrable. Vous vous attendiez à quoi ? Lesbienne, peut-être ?

MessageSujet: Re: Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]   Jeu 20 Nov - 6:52

"Tu peux toujours crever". Voilà ce que se répétait Charlie, les dents serrées tandis que Warhol bavait devant son corps sans défauts que lui enviait la terre entière, espace et enfer compris. Elle n'avait aucune intention de coucher avec son petit-ami-cousin ni aujourd'hui, ni demain, ni jamais. Si elle avait envisagé la chose pendant un instant sa lecture approfondie du Diam's Magazine - la bible² de Degrassi après le site de Spirit - l'avait aidé à prendre sa décision mais surtout des dispositions. Elle avait été bien trop laxiste avec Warhol et il était de son devoir - familial ? - de le recadrer. Mais elle ne pouvait pas le faire sans une bonne vengeance. Elle savait ce que Warhol voulait depuis qu'ils avaient commencé à jouer à Nip Tuck - déjà à l'âge de sept ans, Charlie savait que les docteurs étaient moins fortunés que les chirurgiens donc forcément moins séduisants - et elle avait lui offrir ou plus exactement faire semblant de lui offrir. L'idée du trench et elle nue en dessous lui avait paru idéal pour parvenir au but qu'elle désirait atteindre et obtenir ce qu'elle désirait c'est à dire un Warhol au garde à vous, heureux de pouvoir enfin la culbuter sur le même lit où il avait entrainé toutes ses autres pouffiasses. Les ongles de Charlie s'enfoncèrent d'ailleurs dans le dos de Warhol à cette seule pensée avant qu'elle ne se recentre sur sa vengeance imminente pour ne pas se laisser distraire par les caresses de ce dernier. Elle allait prendre la parole quand il s'arrêta net pour lui pour se mettre sur le bord du lit. Loin d'être touchée par cet acte sincère mais assez étonnant venant de Warhol, Charlie chassa son haut le coeur en pensant que les mains qui venaient de la tripoter avaient tripoté auparavant le corps d'une trentenaire fripée. Elle fit mine de restée saisie avant de prendre la parole. Elle sentait que Gina, l'amante cinglée de Christian Troy prenait sa place. "Connard, connard tu perds rien pour attendre."

- C'est tellement chou Hon'...


Charlie passa ses bras autour du cou de Warhol et déposa plusieurs baisers sur sa nuque avant de se lever et d'attraper lascivement son manteau pour le remettre. Elle enfonça l'une de ses mains dans la poche de son trench et ses doigts se pressèrent sur une feuille de journal qu'elle avait arraché de rage juste avant de venir chez son petit ami. Elle s'approcha de lui tout sourire et posa sa main sur sa joue. Les yeux de Charlie brillaient d'excitation et Warhol dans la confusion de son esprit benêt devait naïvement croire que c'était l'émotion. Il n'avait peut-être pas tort. Après tout la haine était un sentiment. La main de Charlie remonta sur la joue de Warhol jusqu'à atteindre ses cheveux peu nombreux mais ses doigts étaient sa fin et sa rage assez importante pour en attraper suffisamment. Sans se départir de son sourire d'adolescente amoureuse, Charlie tira aussi violemment qu'elle le put sur les toison blonde de Warhol jusqu'à ce qu'il lâche un cri de douleur. Sans lâcher sa prise, Charlie sortit de sa main libre l'article du Diam's Magazine qui évoquait la liaison de son petit ami avec la femme de son coach. Oh oh oh.

- Mais dis moi est-ce que je méritais ça aussi ?!?


Charlie plaqua la feuille chiffonnée sur le visage de Warhol, ses cheveux blonds bien en main et tira encore plus fort pour qu'il bascule sa tête en arrière.

- Réponds si tu tiens un peu à tes cheveux. Tu me connais Warhol chéri j'aurais aucun scrupule à te scalper et à accuser ton jardinier mexicain.

_________________
Arthurimbaud & Ugostein
Boy, don't hurt your brain thinking what you're gonna say cause everything's a game© .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]   Dim 30 Nov - 14:20

Warhol pensait que le plus beau jour de sa vie venait d'arriver. Il attendait depuis tellement longtemps de passer à autre chose qu'à se caresser et se tripoter avec Charlie, qui était, il le savait, la femme de sa vie, malgré le fait qu'il ne pouvait s'empêcher d'aller faire tremper sa bite ailleurs. Il était comme ça, il aimait goûter à tout, et surtout, il culpabilisait d'être l'homme d'une seule femme, pensant à toutes les autres qui perdaient l'occasion de leur vie d'avoir le plus bel et le plus puissant orgasme qu'une femme peut avoir dans toute sa vie. Et puis, il connaissait Charlie depuis tellement longtemps, que c'était comme une évidence qu'ils finissent leurs jours ensemble. Mais ils étaient encore jeunes, et Warhol avait besoin de multiplier les expériences jusqu'à plus soif. Et même si son couple n'était à chaque fois que des scènes de disputes, de jalousie, et de haine, il avait Charlie dans la peau, et ne pouvait s'empêcher de lui ressauter dessus à la moindre occasion. Car il faut être honnête et avouer que la petite Charlie n'était pas toute blanche non plus ! A croire que ces deux serial fuckeurs étaient fait pour être ensemble, se tromper mutuellement pour mieux se baiser après.
Baiser. Voilà le soucis numéro un de Warhol à l'heure actuelle. Il devait la baiser. Il en avait envie. Il ne désirait plus qu'elle. Aujourd'hui, il n'avait envie que d'elle. Il avait oublié toutes les autres. Il voulait lui faire l'amour, de la façon la plus belle possible. S'il avait été un peu plus défoncé, il en aurait sûrement pleuré tant il avait envie de son corps.
Tout alla très vite cependant après que Warhol lui ai parlé de son intention de faire ça beaucoup mieux que ce qu'ils s'apprêtaient à faire. Décidément, il ne comprendrait jamais les femmes. Donnez leur de la douceur, elles veulent du sexe sauvage, et baisez les sans aucun sentiment ni respect, et elles parlent de romantisme ... Il ne suivait jamais Charlie, il n'y arrivait pas, elle était bien trop folle. Il se contentait de traîner la queue derrière elle dans l'espoir d'un jour pouvoir la rentrer dans son vagin qu'il idolâtrait.
Quand Charlie devint violente avec lui, il se mit cependant à aimer ça, sauf qu'elle lui fit vraiment mal, il ne put retenir son cri. Son cri de tarzan. D'un tarzan qui malgré la violence voulait prendre Jane. Mais il comprit qu'il avait encore une fois merdé quand Charlie lui tendit ce torchon de magazine dans lequel on le voyait en compagnie de sa maîtresse du moment, Ridley. Merde, merde et remerde ! Warhol avait juste envie de baiser, pas de s'en prendre plein la gueule. Si Charlie était un peu plus ouverte, peut – être n'aurait – il pas besoin d'aller se taper une vieille de trente ans toute fripée. Et puis, il pensait que ça avait toujours été clair entre eux, ils pouvaient se tromper tant qu'ils le voulaient, ils finiraient toujours par revenir vers l'autre. Complètement dépité, Warhol, qui avait du mal à savoir où Charlie voulait en venir, se mit à pour une fois, parler ! Il faut dire que la menace de Charlie était extrême ! Warhol tenait à ses cheveux. Ça faisait partie de lui et de sa beau gosse attitude. Sans un cheveu sur le caillou, il ne pourrait plus sauter autant de femmes qu'il le voulait !


- Ecoute ... non tu ne méritais pas ça ... mais toi non plus, tu n'es pas parfaite ... et pourtant je ne te parle jamais de ces mecs qui ... qui ...

Finalement, Warhol ne voulait pas en parler de ces mecs qui avaient sûrement droit à beaucoup plus que lui, son petit ami officiel, rappelons le. Il ne voulait même pas parler tout court. Pour une fois que Charlie était en sous-vêtements, devant lui, presque prête à s'offrir à lui, il n'allait pas laisser passer sa chance et la laisser partir. Ils allaient régler cette histoire de la meilleure manière, en se réconciliant sur l'oreiller ... ou sous la couette.
Warhol l'attrapa, assez sauvagement, puisque c'est ce que Charlie semblait apprécier apparemment, et après lui avoir retiré le trench qu'elle avait remis, la posa sur le lit, pour commencer à la ... baiser.
Et, à la surprise générale, la sienne en premier d'ailleurs, il se mit à hurler un :


- Je t'aime Charlie, BORDEL !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perfect Like A Diamond Princess :: I'm just a little Bossy.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 02/05/2008
• MESSAGES : 1699
• LOCALISATION : Au sommet.
• I-POD : Bossy - Lindsay Lohan
• HUMEUR : Exécrable. Vous vous attendiez à quoi ? Lesbienne, peut-être ?

MessageSujet: Re: Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]   Jeu 18 Déc - 21:11

Charlie n'avait pas fini de torturer Warhol et de lui faire payer cette nouvelle humiliation. Il n'allait pas seulement se retrouver chauve mais aussi émasculer. Oui elle allait lui couper ce sexe qui ne pouvait pas s'empêcher de bander dès qu'une paire de fesses passaient alors qu'il avait sa fidèle - ça restait à voir - petite amie à ses côtés. Oui elle allait lui faire payer et quand elle l'entendait crier ça ne faisait qu'augmenter son envie de lui arracher chacune de ses follicules capillaires. Peut-être qu'en devenant le sosie de Fabien Barthez il aurait plus de mal à coucher avec d'autres femmes qu'elle. Ça n'était pas parce qu'elle avait retiré son droit de cuissage depuis qu'ils étaient en âge de se pénétrer que ça lui donnait le droit de faire l'amour aux pétasses du Diamant's. Charlie avait envie de lui piétiner les couilles et de lui arracher les yeux, de le faire souffrir à la hauteur de l'humiliation qu'elle avait ressenti en le voyant dans ce magasine en train d'en embrasser une autre. Une vieille de trente cinq ans. Il ne payait rien pour attendre. Mais très vite Warhol réussit à prendre le dessus et elle poussa un cri de jouissance et de douleur. Charlie adorait les rapports de force et elle jubilait totalement de voir Warhol la dominer même si elle en montrait rien. Plutôt crevée.

- Quand je sentirais plus l'odeur des autres femmes sur ton corps alors peut-être que je consentirais à te croire quand tu dis que tu m'aimes.


Elle rabattit les pans de son trench sur son corps nu et essuya les traces de salive laissée sur sa peau par les baisers de Warhol. Charlie récupéra le reste de ses affaires avant de tourner le dos à son petit ami, allongé sur le lit, le sexe dehors. Oui elle l'aimait elle aussi mais pas facile de lui avouer alors qu'il était placardé sur tous les murs de la ville dans les bras d'une autre femme.

_________________
Arthurimbaud & Ugostein
Boy, don't hurt your brain thinking what you're gonna say cause everything's a game© .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Man Like Him Is not to Be Trusted
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 04/05/2008
• MESSAGES : 428
• LOCALISATION : Degrassi
• HUMEUR : Cool =)

MessageSujet: Re: Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]   Ven 19 Déc - 23:19

Warhol se demanda s'il n'était pas atteint de masochisme aigu pour supporter les caprices de Charlie depuis si longtemps. S'avouer tout simplement qu'il était juste complètement fou amoureux de Charlie était encore trop douloureux pour lui. Il devait garder cette image intouchable de lui-même. Il devait savoir qu'il pouvait baiser n'importe qui, avec n'importe quoi, et sans aucun sentiment. Car les sentiments, ça gâchait tout. La preuve, il n'avait jamais baisé Charlie. Il y avait eu pleins de tentatives, des mains balladeuses, des baisers torrides, des caresses osées ... Mais ça s'arrêtait là.
Et là, il y avait cru à leur folle nuit d'amour ... En entendant Charlie hurler comme ça, il pensait qu'elle allait enfin céder, retirer sa carapace et le laisser jouir du corps de la jeune femme à son envie. Il voulait la pénétrer pour qu'enfin elle lui appartienne entièrement ... Mais à nouveau, le jeune homme fut frustré dans son envie et il crut qu'il allait devoir se couper le sexe pour ne plus ressentir la frustration horrible à cet endroit.
Il n'arrivait plus à suivre Charlie. Pour lui, il pensait déjà que la conversation était close, qu'elle était passée à autre chose et qu'elle allait arrêter de lui balancer en pleine face ses infidélités. Mais à croire que Charlie ressentait une certaine jouissance à le faire puisqu'elle remit ça sur le tapis. Excédé, Warhol qui en avait marre de toujours se retrouver le sexe à l'air et les bras balants, ce dernier se leva pour aller prendre à nouveau Charlie qui boudait. Il la prit dans ses bras sans qu'elle n'ait le temps de réaliser que ses pieds avaient quittés terre, que déjà elle se retrouvait sous la douche avec Warhol ... L'eau tiède coulait sur le trench de Charlie et le corps nu de Warhol. Embrassant Charlie sous le jet de la douche, Warhol retira pour la énième fois ce foutu trench, et laissant le temps à Charlie de reprendre son souffle après ce baiser passionné, il lui dit :


- Lavons - nous ensemble de nos pêchés alors ... S'il faut rester sous cette douche plusieurs jours pour être totalement propre à tes yeux, je le ferai. Tu n'es qu'une G-A-R-C-E Charlie Thomas ...

Et laissant sa phrase en suspend, il embrassa à nouveau Charlie à pleine bouche, histoire qu'elle se taise encore juste quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oui ce soir tu vas prendre... [Warhol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One day, I shall come back - Degrassi RPG ::  :: The Saint Gervais :: Les habitations-