AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu restes ma femme... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nouvel habitant
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 21/04/2008
• MESSAGES : 63
• I-POD : The Queen and I - Gym Class Heroes
• HUMEUR : King of the World

MessageSujet: Tu restes ma femme... [libre]   Lun 5 Jan - 10:05

Nicholas était anéantit depuis l'annonce de l'état de Rain. Bien entendu vu les circonstances son divorce n'était plus qu'une idée vague dont les potins ne se délectaient guère préférait axé leur sujet sur la détresse et la douleur du mari de l'ex mairesse. Son effondrement les rendait heureux, son malheur les faisait jubiler. Voir une star adulé se faire rattraper par sa condition d'être humain était la meilleure des jouissances pour un photographe de star en mal de reconnaissance auxquels les enfants adressent à peine la parole. Nicholas n'essayait même plus de leur échapper se contentant de les mépriser derrière ses lunettes de soleil qui en dépit de leur opacité ne cachait rien de ses yeux rougis par les larmes. Tous les jours il se rendait au chevet de sa femme espérant qu'elle ouvre les yeux pour lui. Il posa un nouveau énorme bouquet sur sa table de chevet et prit place près de Rain. Etendue les yeux clos elle avait tout d'un ange.

- Je t'aimerais toujours... Même si tu es la pire des garces.

Nicholas se mit à rire malgré lui au bord des larmes. Ses yeux humides posés sur le visage toujours impassible de Rain. Il dégagea deux mèches blondes de son front avant de l'embrasser avec tendresse sur la joue. Nicholas releva la tête vers son bouquet de fleur immense et imposant avec son nom et les autres qu'il avait emmené aussi mêlé à ceux - plus petits - de d'autres admirateurs de Rain. Une seule plante faisait - presque - de l'ombre à la sienne et elle venait de Césair. il retira sa carte de visite et son mot - sans doute écrit pas sa secrétaire - et enfonça le tout dans sa poche. Il déposa sa carte visite avant de revenir près de Rain et de prendre ses doigts fragiles dans la paume de sa main. Son alliance brillante semblait être la seule chose qui indiquait encore qu'elle était en vie. Son auriculaire avait l'air moins blanc et froid que le reste de son corps rigide. Nicholas refusait de croire que Rain pourrait mourir et même sur un lit d'hôpital il continuait de croire en elle et sa pugnacité. A bout finalement il quitta la pièce et s'appuya sur le mur blanc du couloir. Quand il ouvrit les yeux une silhouette vague se dessina en face de lui.

- Qu'est ce que tu fais là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu restes ma femme... [libre]   Jeu 8 Jan - 19:15

Une mouche, voilà ce qu'était Nicholas Davis. Césair quittait tous les jours l'hôpital à la même heure, parce qu'il avait la certitude que Rain ne serrait pas seule. Son espèce d'idiot d'ex époux volage venait chaque jour tourner autour d'elle comme...une mouche. Jusqu'à présent, Césair n'avait jamais vraiment critiqué la chose, après tout, la venue de l'acteur lui permettait de faire une pause et de rentrer chez lui pour se doucher, lui qui depuis presque trois mois passait sa vie ici, passait son temps à surveiller la jeune femme...à la protéger. Nicholas était un pion, et sans s'en rendre compte, il rendait parfaitement service à notre jeune politicien. Sauf que les visites lui semblait étrangement de plus en plus longues. Une fois, pris de court, il avait du se cacher dans le placard, n'attendant en aucun cas la visite de cette vermine inutile. Nicholas était pire qu'une mouche, il était une vermine et il empêchait Césair de mener son enquête comme il le souhaitait.
Emmitouflé dans son grand manteau noir, il était temps que ce cirque cesse, que la vermine s'éloigne. Césair, n'en pouvant plus d'attendre dans le couloir, le visage masqué par des lunettes de soleil. Cela le rongeait de l'intérieur, il avait la désagréable impression de le voir, poser ses mains sur elle, elle qui l'avait foutu à la porte comme un malpropre. Nicholas n'avait en fin de compte absolument pas sa place en ses lieux...pas plus que Césair, mais le jeune homme, pas modeste pour un sous préférait croire l'inverse. Après tout, lui, il la protégeait. Habituellement impassible, ou du moins le jouant à la perfection, le temps lui semblait affreusement long, encore plus long que lorsqu'il était en compagnie de la belle blonde. Levant les yeux vers l'horloge murale, Césair écrasa son gobelet vide de café entre ses mains gantées de cuir, s'adossant presque totalement contre la machine. Se décidant enfin à agir, le jeune Shawell laissa tomber le gobelet à ses pieds, se rapprochant dangereusement de la chambre. La porte s'ouvrit d'un coup, et jeune homme fit un saut de côté, manquant rentrer de pleins fouet dans Nicholas. Retirant ses lunettes, la vermine le toisa du regard, lui demandant ce qu'il venait faire ici. D'une voix calme et posé, il répondit :


"Nicholas Davis...Le fameux acteur à la dérive depuis que Rain Evans lutte contre la mort...Hum...Permettez moi, de rajouter un léger détail à ce titre de une, que j'ai aperçu tout à l'heure en venant et qui parait-il serait vendeur : Rain Evans est l'ex épouse de Nicholas Davis...et si ma mémoire est bonne, il me semble qu'elle ait balancé la totalité de ses affaires après qu'il ait couché avec sa propre meilleure amie...Vous ne trouvez pas ça scandaleux ? Quoi que...je trouve davantage scandaleux de retrouver le même pitoyable acteur, devant la porte de son ex-épouse à jouer les presque veufs éplorés. Un petit conseil Davis, ne revenez plus. Le divorce a été prononcé, la mort de Rain ne vous rapportera pas le moindre centime. Même dans le coma, elle n'a pas besoin de vous. Elle n'a jamais eu besoin de vous. Vous n'êtes qu'un boulet, qu'elle a trainé par pitié durant toutes ces années. Désolé, mais elle n'est plus en état de faire de l'humanitaire."
Revenir en haut Aller en bas
Nouvel habitant
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 21/04/2008
• MESSAGES : 63
• I-POD : The Queen and I - Gym Class Heroes
• HUMEUR : King of the World

MessageSujet: Re: Tu restes ma femme... [libre]   Ven 23 Jan - 12:02

Nicholas adopta son masque habituel pendant que Césair s'exprimait d'un ton plat tandis que sa voix monocorde devait donner l'envie à des patients en fin de vie d'en finir plus vite que prévu. Pour Nicholas, Césair-Edgar était un petit personnage agaçant du genre à faire craquer ses phalanges sans cesse pendant une partie de poker ou à rappeler à la moindre occassion son arbre généalogique qui faisait de lui un quasi héritier de la couronne de France. En deux mots, un être insipide. Nicholas hocha lentement la tête pendant qu'il observait la machine derrière Césair-Edgar qui servait en plus du café et du chocalat, de la soupe avec des vermicelles. Nicholas n'en avait pas mangé depuis des lustres et cette constation bien que sans intêret le passionnait bien plus que la déclaration d'amour sous-jaçente qu'il devinait à travers le discours impeccablement tourné de Césair. Nicholas releva soudainement la tête et se rapprocha encore plus de Césair avant d'acquiescer avec un léger rictus. Il était incapable de savoir si il approuvait ou désapprouvait les mesures restrictives prises à son encontre. Nicholas était peu porté sur la violence et se battre pour une autre personne que lui n'avait à ses yeux aucun sens. Il ouvrit les pans du manteau noir de Césair-Edgar qui lui donnait des airs de vautour sans doute pour accentuerle côté méchant pas aussi marqué que chez son père et dissimuler son manque de virilité. Nicholas resta silencieux quelques minutes et ne prit la parole qu'après avoir arrangé le carré de soie légèrement de travers que Césair Edgar portait autour du cou.

- Au lieu de sucer toutes les queues du pensionnat dans lequel dans ton père t'as enfermé tu auras dû apprendre ce que signifie les termes "procédure de divorce". Rain est et restera toujours ma femme. Va chercher une autre comateuse sans défense sur laquelle te masturber... celle-ci est déjà prise.

Nicholas huma les cheveux de Césair-Edgar avant de lécher sa joue en partant depuis sa tempe. Il lui tourna le dos après un sourire éclatant et il se dirigea vers la cafétéria, lieu de retrouvailles favori des âmes errantes de l'hôpital dont il ne faisait pas évidemment pas parti. Certain que le cerbère aux cheveux gominés le suivrait, la démarche trainante de Nicholas semblait exaspéré celui qui lui faisait office d'ombre. Nicholas s'installa à une table haute propre et au centre de la pièce dont les murs étaient blancs mais malgré tout ternes. Rien ne brillait ici à part lui et les cheveux trop longs à son goût de la progéniture Shawell. Les yeux quasi clos, l'odeur infect du potage à la tomate qu'on servait aux proches des malades dans des bols en plastique, rappela à Nicholas la satisfaction vicieuse et commune que Rain et lui éprouvaient jadis quand ils détruisaient la vie de quelqu'un. Il posa un regard froid malgré son sourire éblouissant sur Césair-Edgar tandis qu'il s'extirpait de ses pensées qui lui rappelaient que malgré sa beauté et son cynisme il était un homme et non un Dieu.

- Un café ? s'enquit auprès d'eux une serveuse aux rides creusées et au teint blâfatre. Tout ici puait la maladie et la mort. Même le personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu restes ma femme... [libre]   Mar 27 Jan - 15:57

De marbre. Césair resta de marbre alors que ce piteux provocateur osait toucher à son carré de soie. Le geste aurait été hautement punissable au Royaume Shawell, et lui aurait même offert un tour à la guillotine mais Césair-Edgar, avant d'être un des plus jeunes politiciens de Toronto, se voulant être, surtout et avant tout, fin stratège. Alors, même si l'envie de retirer son propre carré de soie, tristement souillé, pour l'enfoncer avec violence dans le gouffre nauséabonde, servant de bouche à cet infâme personnage le démangeait, il ne fit rien, braquant telle une arme redoutable son regard dans les yeux ce pseudo artiste sur le déclin.
La vulgarité de cet odieux personnage lui donnait la nausée et Nicholas aurait amplement mérité que le jeune Shawell lui vomisse au visage le caviar qu'il avait rapidement ingurgité avant de venir. Il ne fit rien. Il ne bougea pas d'un poil alors qu'il osait lui renifler les cheveux et coller son énorme langue pâteuse sur la délicate et très douce peau de son visage de parfait jeune premier. Nicholas Davis était un souillon et, rien que humer le même oxygène lui devenait insupportable. Finalement Rain méritait le respect, elle avait du faire preuve d'un sacré courage pour partager le lit de ce crétin ainsi que celui de son géniteur. Passer après son père avait quelque chose de glorifiant ? C'était un détail qu'il ne tarderait pas à demander à cet opportuniste. Alors que le jeune acteur avançait tout en trainant des pieds...autre preuve de classe et de raffinement absolu, Césair lui, fit claquer les petits talons de ses mocassins sur le carrelage blanc de l'hôpital, répondant enfin, après un long silence à ses provocations, ma foi, douteuses :


"C'est très émouvant.
« Alors que sa femme est à l'article de la mort, Nicholas Davis prend conscience de ses sentiments »
Magnifique. Cela fera une parfaite une pour le Diam's, de quoi foutre la larme à l'œil à toutes les ménagères de 40 ans, celles qui gardent une main dans la gaine à la vision de vos quelques navets..."


S'installant face à Nicholas, sur la même table, Césair remercia d'un sourire, toujours parfaitement hypocrite, la serveuse et tout en sortant de la poche intérieure de son manteau noir, son chéquier, il le posa brutalement sur la même table, levant les yeux pour rencontrer la face de fouine à la barbe légèrement grisonnante de son interlocuteur :

"Nicholas, il est temps d'être raisonnable. Je vais inscrire un nombre sur ce chèque, chèque que vous encaisserez. Vous allez quitter cet hôpital et ne plus revenir. Ne soyez pas plus idiot que vous ne l'êtes, tout comme moi, vous savez que Rain est loin d'être aussi stupide pour se planter de la sorte. Ouvrez les yeux Nicholas et fuyez si vous tenez à la vie. Ce n'est pas une menace...fort malheureusement... Je sais que c'est bien vu pour un pseudo artiste de votre rang de finir transpercer par les balles d'un soit disant fanatique, mais soyons réaliste Nicholas, vous n'êtes pas John Lennon et votre mort ne sera jamais légendaire."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tu restes ma femme... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu restes ma femme... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One day, I shall come back - Degrassi RPG ::  :: Toronto :: Toronto Hospital-