AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Damned and Divine. I Know I'm not Saint But You Always Love Me.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 02/04/2008
• MESSAGES : 340
• LOCALISATION : Au Mexique, apportant des oranges à Liam.
• HUMEUR : Tempête sous un crâne.

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   Mar 16 Sep - 17:51


Naomi était heureuse que Liam soit enfin rentré, elle s’était tellement bagarrée pour que son fils lui soit rendu. Malgré les allégations que Liam avait portées contre son père, elle n’était pas convaincue que Max soit responsable du merdier qui s’était abattu sur leur famille et ce même si son comportement s’était révélé plus que douteux lorsque le couple Kinney s’était rendu au Mexique. Edgar était l’homme qui l’avait le mieux contenter dans cette histoire, quand Max avait fait ressortir son côté salaud et que Liam ne s’était pas assez contenu comme l’enfant gâté qu’il était. Et son homme de la situation, Edgar, avait été très clair lors de leur repas qui s’était terminé en partie de jambes-en-l ’air : la personne fautive était Lilith. Bon, il n’avait pas été si sûr que ça mais avec le temps Naomi avait quelque peu déformé ses propos, elle s’était persuadée que cette traînée était à l’origine de cette arrestation, car elle était assez bonne pour le rôle et surtout parce qu’à présent Naomi avait une nouvelle raison de la détester. Vêtue de son tailleur pantalon, Naomi sortit de la voiture après que son chauffeur lui ait ouvert la porte. Elle lui demanda de l’attendre ici. Ses cheveux étaient dissimulés sous un carré, c’était son visage qu’elle cachait aussi en sortant de sa voiture à l’aide de ses grosses lunettes mouche Chanel, donnant l’exubérance que méritait une italienne.

- Bonjour Lilith, vous n’êtes pas contre une discussion entre femmes, lui dit-elle en s’invitant à entrer dans l’appartement.

Ce n’était pas une question, c’était une affirmation. En travaillant pour son mari, Lilith travaillait aussi pour Naomi et l’italienne ne se gênait pas de le lui rappeler. Elle n’était jamais venue ici, elle regarda tout autour d’elle. La décoration de bon goût déçu Naomi, elle aurait préféré la savoir vivre dans un taudis puisqu’à ses yeux, les gens de son espèce ne méritait que ça. Lilith s’apprêtait à parler, Naomi la coupa d’un geste de la main.

- Un café serré fera l’affaire, s’enquit-elle avec un sourire hypocrite sans vraiment être sûre que la jeune femme allait lui demander ce qu’elle souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvel habitant
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/06/2008
• MESSAGES : 100
• I-POD : Iggy Azalea feat Rita Ora - Black Widow
• HUMEUR : Fucking girl

MessageSujet: Re: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   Mer 17 Sep - 11:44

Plus la date du mariage de son père et de sa cousine - vous avez dit écoeurant ? Lilith en vomissait encore rien qu'à l'idée - approchait, et plus la jolie brune sentait l'excitation monter en elle. La délivrance était proche. Bientôt, tout ce beau petit monde Degrassien se retrouverait enfermé pour les quelques années à venir, et Lilith avait hâte de venir rendre visite à son père dont le cul aurait certainement tourné en prison. Elle était presque sûre que son géniteur adorerait ça, vu qu'il n'était qu'une couille molle. Et qu'il ne serait certainement pas le dominant dans une relation entre co-détenus. Tout comme Max d'ailleurs. Depuis leur fameuse nuit ensemble, Lilith ressentait les frémissements de scrupules qui n'avaient pas lieu d'être. Frémissements qui s'estompaient vite dès qu'elle posait les yeux sur la fille de joie qui suivait Max partout comme un petit chien. Naomi détestait Lilith - en même temps, elle était plus belle, plus intelligente et bien plus bandante que cette italienne au rabais alors c'était bien normal - mais la jeune femme n'avait pour sa part que de l'indifférence à l'égard de cette trainée des bas fonds. Max avait été suffisamment généreux pour recueillir une pouilleuse comme elle, et il avait tenté désespérément d'en faire quelque chose de bien. Mais c'était peine perdue. Naomi était et resterait une femme sans classe, juste bonne à claquer du fric dans des lubies inutiles. Et en parlant du loup... Lilith fut légèrement surprise de voir Mme Kinney sur le pas de sa porte, de si bon matin, mais elle ne montra rien et la laissa entrer dans son appartement avant de refermer la porte. Bien, bien, bien. Pas de garde du corps. Et donc, pas de témoins. Si l'envie la démangeait, elle pourrait donc rabattre le caquet de cette mégère une fois pour toute sans être inquiétée de quoi que ce soit. Elle vérifia que son arme - qu'elle portait toujours sur elle - était en place, cachée sous son pull de créateur, et regarda Naomi commencer à prendre ses aises. Pas pour longtemps.

- Ils en vendent de très bons dans le café juste en face. Je serais bien allée vous le chercher mais c'est mon jour de repos. En tout cas votre nouveau look vous va à ravir, dans le genre prostituée des mauvais quartiers.

Lilith lui offrit alors le plus beau sourire hypocrite qu'elle avait en réserve. Naomi n'était pas censée savoir que Max avait accordé un jour de repos à son employée préférée, vu que Lilith travaillait pour son mari et non pour elle, et la jeune femme prenait un malin plaisir à le lui rappeler dès qu'elle le pouvait.

_________________

I'm gonna love ya
Until you hate me
And I'm gonna show ya
What's really crazy
You should've known better
Than to mess with me, honey
I'm gonna love ya, I'm gonna love ya
Gonna love ya, gonna love ya
Like a black widow, baby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damned and Divine. I Know I'm not Saint But You Always Love Me.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 02/04/2008
• MESSAGES : 340
• LOCALISATION : Au Mexique, apportant des oranges à Liam.
• HUMEUR : Tempête sous un crâne.

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   Mer 17 Sep - 13:12


Naomi sourit en entendant la réflexion de Lilith sur son tailleur. Elle était plutôt rassurée, car si l’appartement de cette batarde d’Edgar ne ressemblait pas au taudis que l’italienne avait espérée, l’employé de son mari était toujours aussi vulgaire. Elle étouffa un rire qui n’était pas forcé puisque le sens de la répartie de Lilith l’amusait réellement. Elle baissa les yeux sur son tailleur ysl, que son ami Hedi Slimane lui avait offert, lui qui n’hésitait pas à la mettre in front raw lors des défilés de la célèbre marque parisienne. Son mariage lui avait apporté énormément de ressources, elle était devenue influente et avait la main mise sur plusieurs personnes.  Notamment sur le père de Lilith qui serait probablement dingue d’entendre que la fille de la toxico qu’il avait sauté une soirée, il y a des années, ose parler ainsi à Naomi Kinney premièrement et deuxièmement la femme du patron de l’effrontée. Tout ce qu’elle pensait à ce sujet, Naomi aurait pu le dégueuler à la face de cette fille et rentrer chez elle sereinement. Mais elle n’avait pas parcouru la ville et sortit de sa sphère pour s’abaisser à son niveau de grossièreté.

- Merci, lui dit-elle en souriant un peu amusée par ce discours digne d’une lycéenne.

Elle ne cherchait même pas à s’en défendre, elle aurait pu lui expliquer que son tailleur était issue d’une collection capsule d’Hedi, mais le comprendrait-elle vraiment et Naomi devait-elle réellement se défendre des allégations qu’une personne qu’elle méprisait lui portait ? Non. Elle était ici pour Liam. Pas pour faire amie-amie avec la fille d’Edgar et tenter d’élever le rang social de cette batarde non-désirée par ses parents. De toute évidence, elle ne connaissait pas les bonnes manières, l’italienne jugeait que c’était peine perdue. Elle se contenta simplement de faire un signe de la main qui voulait dire que ce n’était pas grave, si elle n’avait pas de café. Lilith était tellement haineuse et jalouse, qu’elle aurait très bien pu mettre du cyanure dans sa tasse. Elle venait sûrement de se sauver la vie.

- Votre petit jeu a bien accaparé mon temps, ces derniers jours, commença Naomi. Mais à l’avenir, j’aimerais que vous laissiez mon fils en dehors de vos petits stratagèmes. Il n’a rien demandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvel habitant
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/06/2008
• MESSAGES : 100
• I-POD : Iggy Azalea feat Rita Ora - Black Widow
• HUMEUR : Fucking girl

MessageSujet: Re: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   Mer 17 Sep - 16:03

La présence de Naomi chez elle était un évènement qui aurait pu être marqué d'une pierre blanche si seulement cela n'avait pas tant gonflé Lilith. Elle n'avait pas envie de faire des politesses aujourd'hui et certainement pas à une femme botoxée qui n'arrivait pas à contenter son mari tant et si bien que celui-ci était obligé d'aller voir ailleurs pour avoir du plaisir. Ecoutant d'une oreille distraite la femme de son patron, Lilith vaqua à ses petites affaires, se préparant le thé qu'elle avait l'intention de boire avant que Naomi n'arrive et ne vienne imposer son fessier refait chez elle. Elle ne se préoccupa même pas de faire preuve de manière, car après tout, Naomi s'était invitée chez elle sans que Lilith n'est eu son mot à dire. Elle devait donc lui faire sentir qu'elle n'était pas la bienvenue ici et qu'elle devait faire vite. Du genre, express. Lilith revint dans la pièce pour faire face à Naomi, avant de s'installer tranquillement dans l'un de ses fauteuils, un sourire hypocrite sur les lèvres. Tiens donc. Elle était venue lui parler de Liam. Quand ce n'était pas le père, c'était le fils que Naomi essayait désespérément de se faire. Lilith avait eu vent des ennuis que Liam avait eu au Mexique, mais elle ne s'en était guère préoccupée, car cela avait permis de distraire suffisamment les Kinney afin qu'elle réunisse les dernières preuves qui lui manquaient à leur encontre. Elle croisa ses longues jambes et attendit que Naomi finisse pour la regarder, d'un air dédaigneux. La discussion aurait pu promettre d'être intéressante - si elle ne l'avait pas avec une personne aussi fade.

- Peut-on savoir exactement de quoi vous m'accusez, et ce, sans preuve ?

_________________

I'm gonna love ya
Until you hate me
And I'm gonna show ya
What's really crazy
You should've known better
Than to mess with me, honey
I'm gonna love ya, I'm gonna love ya
Gonna love ya, gonna love ya
Like a black widow, baby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damned and Divine. I Know I'm not Saint But You Always Love Me.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 02/04/2008
• MESSAGES : 340
• LOCALISATION : Au Mexique, apportant des oranges à Liam.
• HUMEUR : Tempête sous un crâne.

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   Mer 17 Sep - 16:28

Naomi plissa les yeux quand Lilith fit semblant de ne pas comprendre, la carne était bonne comédienne mais elle savait très bien qu’elle était à l’initiative de cette kabbale dégueulasse porter contre son clan. Elle buvait son thé tranquillement, sans rien proposer à son invité, qu’elle ingrate. Pour la peine, Naomi fouilla dans la poche intérieur de sa veste et en sortit une cigarette, son Dupont Cartier. Elle prenait son temps, laissa un blanc à la question de Lilith puis soupira un peu agacée. Elle porta la cigarette à sa bouche, l’alluma et en extirpa une grosse latte qui conduisit la fumée dans ses poumons avant que l’italienne la recrache avec abondance dans la pièce. Pièce non-fumeur ? Tant pis, elle avait qu’à avoir un café en face d’elle et elle ne se serait pas nivelé au niveau d’incivilité de cette batarde de Lilith. Elle la toisa légèrement, elle mentait comme elle respirait, sûrement l’héritage de la putain qui l’avait engendré.

- Lilith, je suis mère, dit-elle en se touchant le ventre alors qu’elle n’avait jamais porté d’enfant. Mon fils est ma vie, je connais votre passé et je sais que c’est difficile à comprendre pour quelqu’un qui a vécu ce que vous avez vécu, continua-t-elle le plus naturellement du monde. Mais j’aimerais que ce que vous avez fait à Liam ne se reproduise plus.

Elle tira une latte sur sa clope. Elle n’avait pas de preuve, non c’était sûr. Elle ne savait pas si l’idée venait de Max qui était trop jaloux du temps qu’elle passait avec son fils ou de quelqu’un d’autre. Mais Edgar avait été catégorique lorsqu’il avait dit que sa fille avait sûrement quelque chose avoir là-dedans. Peut-être qu’elle avait été payé par quelqu’un d’autre que Max pour porter atteinte à leur image parfaite qu’ils s’étaient construit malgré les trafics d’êtres humains et autres affaire louches. Dieu merci, Naomi pouvait continuer à partir signer des chèques dans des galas de charité, financer des fondations pour blanchir leur argent, sans être inquiétée qu’on l’interpelle sur l’emprisonnement de son fils puisqu’Edgar avait fait un boulot excellent.

- Edgar est persuadé que vous êtes la responsable, surtout depuis que vous courrez après le fric pour vous assurer un futur confortable puisqu'il qu’il vous a déshérité, continua-t-elle après sa pause cigarette et marquant un sourire narquois sur le mot déshérité. Qui vous a payé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvel habitant
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/06/2008
• MESSAGES : 100
• I-POD : Iggy Azalea feat Rita Ora - Black Widow
• HUMEUR : Fucking girl

MessageSujet: Re: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   Mer 17 Sep - 21:58

Naomi n'avait rien à faire chez elle. Et les accusations qu'elle lançait commençait sérieusement à mettre les nerfs de Lilith à bout. Mais en grande professionnelle qu'elle était - elle n'était pas l'une des meilleures agents du FBI pour rien - elle ne laissa rien paraitre, se contentant d'arquer un sourcil lorsque l'autre salope italienne alluma sa cigarette. Heureusement que l'une de ses fenêtres étaient ouvertes, sinon le parfum bon marché de Naomi et l'odeur de tabac mélangés auraient empêché Lilith de rentrer chez elle pendant quelques jours, si ce n'est des semaines. Lorsque Mme Kinney ouvrit la bouche pour répandre son venin, Lilith ne put cependant pas s'empêcher d'être surprise en entendant sa dernière parole. Et elle ne cacha pas son expression.

- Déshéritée ? Grande nouvelle. Je ne savais même pas que j'étais sur son testament.

C'était vraiment une étonnante nouvelle pour Lilith. Elle n'avait jamais rien demandé à ce pénis sur patte, et elle ne comptait pas le faire maintenant. Alors savoir qu'il avait songé un temps la mettre sur son testament la surprenait au plus au point. Et maintenant qu'elle n'y était plus, elle était foutrement soulagée de savoir qu'elle ne lui devrait jamais rien et qu'il n'était juste que l'un des donneurs de la moitié de ses chromosomes et rien de plus. Lilith déplia ses longues jambes, agacée par la présence de Naomi. Cette entrevue n'avait que trop durée.

- Ecoutez, Naomi, lorsque vous aurez des preuves, vous pourrez vous permettre de revenir chez moi vous pavaner. Sur ce, je ne vous retiens pas.

_________________

I'm gonna love ya
Until you hate me
And I'm gonna show ya
What's really crazy
You should've known better
Than to mess with me, honey
I'm gonna love ya, I'm gonna love ya
Gonna love ya, gonna love ya
Like a black widow, baby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damned and Divine. I Know I'm not Saint But You Always Love Me.
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 02/04/2008
• MESSAGES : 340
• LOCALISATION : Au Mexique, apportant des oranges à Liam.
• HUMEUR : Tempête sous un crâne.

CONTACTS...
...& DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   Mer 17 Sep - 22:57


Naomi détourna son regard quand Lilith commença à trop livrer ses sentiments au sujet de son père. Aucune fierté. Avouer qu’elle ne pensait même pas jusqu’alors être sur le testament de son père était comme avouer sans dignité, qu’elle était bel et bien l’enfant non voulue d’un célèbre avocat qui avait eu le malheur de se décharger dans le vagin d’un toxico. C’était trop pour elle, elle préférait ne pas l’entendre. Quand la catin se remit à se justifier et à parler de preuves, Naomi reconcentra son attention sur ses paroles. Que les menteuses étaient ennuyeuses ! Madame Kinney en était persuadé, cette traînée avait quelque chose avoir avec l’arrestation de son fils. Quand Lilith la congédia, elle se leva. Elle remit son carré et ses lunettes mouches, elle ne voulait surtout pas qu’on la voit sortir de son appartement. Les seuls employés qu’elle s’autorisait à voir en dehors du travail étaient ses putes, car elle les considérait comme ses filles, sauf qu’elles étaient des enfants qui rapportaient plus d’argent au couple Kinney, qu’elles ne leur en faisaient dépenser. Elle se dirigea vers la porte et l’ouvrit, la lumière du jour entrait dans l’appartement et elle se retourna pour dire quelques derniers mots à son interlocutrice.

- Je vous ai prévenu, plus jamais, dit-elle sèchement. Sachez que vous n’avez aucun allié ici, contrairement à moi qui en compte même dans votre propre famille. Mon mari peut vous faire confiance comme il le souhaite, mais vous ne pouvez pas imaginer tous les secrets qui nous lient.

C’était la vérité, le couple Kinney s’était construit sur des abominations. A commencer par le meurtre de Romain, chose qu’aussi bien Naomi que Max avait tenté d’oublier. Naomi parlait en connaissance de cause ; son mari, malgré toutes leurs relations extra-conjugales, lui avait montré ce que c’était que la vraie fidélité quand elle l’avait mis au pied du mur dans ce parloir mexicain miteux et que Max n’avait pas hésité à ravaler sa fierté et pardonner son fils de l’avoir roué de coup. Il était son meilleur ami, son mari, son amant le plus méritant … Il était tout à la fois depuis le jour où ils s’étaient dits « oui ». Naomi de sa démarche toujours assurée, probablement grâce à ses Manolo Blahnik, se dirigea vers sa voiture. Alessio -le nom qu’elle lui avait donné pour rappeler une touche italienne dans sa vie canadienne-, son charmant et jeune chauffeur l’attendait, prêt à la conduire chez Tinsley pour une interview à l’occasion d’un lancement de soirée dans plusieurs capitales du monde, en accord avec la municipalité de Toronto et sous le nom du Diamant’s Club, à fin de promouvoir la ville à l’étranger. Quelque chose d’élitiste, comme Naomi et ses semblables les aimaient. Elle se retourna vers Lilith, lui offrit un sourire cordial et un salut de la main poli, avant de s’engouffrer dans la voiture pendant que son chauffeur lui tenait la porte.

Mon dieu, Naomi va être la première à finir en taule. mdr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvel habitant
avatar

• A EMMÉNAGÉ LE : 11/06/2008
• MESSAGES : 100
• I-POD : Iggy Azalea feat Rita Ora - Black Widow
• HUMEUR : Fucking girl

MessageSujet: Re: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   Jeu 18 Sep - 11:52

Lilith ne put s'empêcher de sourire en entendant le petit discours ridicule de Naomi. Elle pensait sérieusement lui faire peur ? La brune jubilait intérieurement, elle allait deux fois plus savourer le fait de mettre le derrière de l'italienne en prison, où elle s'assurerait que les gardiens la ferait tourner pour leur bon plaisir. Etre agent du FBI avait vraiment du bon. Cependant, elle s'efforça de rester calme, car ce n'était pas le moment de tout faire foirer en menant sa propre vendetta contre le toutou de Max. Elle était beaucoup plus maligne que ça, et surtout, les poissons qu'elle comptait ferrer étaient beaucoup plus gros et lui apporterait beaucoup plus de prestige. Peut-être même un poste de directeur au sein de l'agence. Bon, Lilith détesterait la paperasse qu'elle devrait se taper avec ce genre de fonction, mais elle était sûre qu'elle adorerait le confort de la position. Sans un regard pour l'italienne qui se décida enfin à partir, Lilith attendit qu'elle referme la porte derrière elle et de voir la voiture de Naomi démarrer, qu'elle aurait pu la faire exploser des milliers de fois mais elle s'était toujours retenue, pour appeler l'un de ses contacts qui lui devait un petit service. A dire vrai, la jeune femme s'assurait toujours pour qu'on lui doive des tas de services. Un sourire plein sur les lèvres, Lilith rêvait déjà à son plan tordu qui relevait du génie. Naomi allait payer ses fausses accusations très cher. Et Lilith n'aurait même pas à lever le petit doigt pour cela. Après avoir donner ses dernières indications, elle raccrocha sans autre formulation de politesse et décida qu'il était temps pour elle de sortir, histoire de changer d'air. Une si belle journée, ce serait dommage de la gâcher.

THE END

_________________

I'm gonna love ya
Until you hate me
And I'm gonna show ya
What's really crazy
You should've known better
Than to mess with me, honey
I'm gonna love ya, I'm gonna love ya
Gonna love ya, gonna love ya
Like a black widow, baby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un café serré comme mes mains autour de ton cou, salope ! [Lilith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One day, I shall come back - Degrassi RPG ::  :: Little Center :: Les habitations-